Archives pour la catégorie Fantastique d’époque

( Lectures ) Londres la ténébreuse, t.1 : La fugitive de Whitechapel (Bec McMaster )

Couverture - la fugitive de Whitechapel

4e de Couverture:

Sans le sou, en charge de ses petits frère et soeur, Honoria Todd s’installe à Whitechapel, où elle espère échapper au terrible lord Vickers. Mais dans cet obscur quartier de Londres, où peu de personnes se risquent, les bandits règnent en maîtres. Et trouver refuge en ce lieu pourrait tout aussi bien jeter Honoria entre les mains du légendaire et redoutable Blade. Ce sang bleu renégat est l’ennemi juré de Vickers. Quand Blade propose justement à Honoria un marché, cette dernière accepte, en échange de sa protection. Mais à ses yeux, est-elle un instrument de vengeance contre Vickers ou sa seule chance de rédemption ?

Informations Pratiques:

  • Volume: 468 pages
  • Editeur : J’ai Lu (15 avril 2015)
  • Collection : Crépuscule
  • Version électronique

L’avis de la croqueuse de livres:

Ne sachant pas trop quoi lire et ayant besoin d’une « pause -cerveau » après avoir terminé l’excellente série « Le Pensionnat de Mademoiselle Géraldine » (chronique à venir prochainement), j’avoue avoir choisi ce livre un peu au hasard et sans grande motivation.
Au final il a plutôt été une bonne surprise.

On commence l’histoire en faisant connaissance avec Honoria. Une jeune femme fière (voir légèrement tête de mule sur les bords… et un peu au milieu aussi… ) qui essaye tant bien que mal de faire survivre sa famille (son frère, sa soeur et elle-même) dans le Londres de l’époque victorienne (enfin si l’on peut dire, mais j’y reviendrai).
En parallèle elle tente de se cacher d’un puissant noble qui les recherche à tout prix, c’est pourquoi elle a choisi le seul endroit de Londres dans lequel ce dernier n’a pas pied : Whitechapel.
En effet, ici, ce quartier bien connu depuis les exploits sanglants de Jack l’éventreur, est sous la domination d’un sang-bleu nommé Blade, réputé pour être cruel et sans pitié mais dont Honoria va attirer l’attention (et la convoitise…).

Voilà pour l’histoire de base. Afin que vous ne soyez pas perdus, quelques explications s’imposent sur le contexte :
Si l’histoire se passe à la fin du XIXe siècle, point de Reine Victoria à l’horizon. Cette dernière est en effet disparue depuis déjà quelques temps.
L’idée est que le pays est gouverné par le « Prince Consort », époux de la jeune Reine Alexandra, et une noblesse composée de « Sang Bleu » ici nommée l’Échelon.
Ces derniers sont en fait des personnes contaminées par un virus qui permet à son « malade » de guérir plus rapidement de blessures, d’être plus rapide, d’avoir ses sens affûtés ou encore d’avoir une longévité accrue… mais en contrepartie ces derniers doivent se nourrir de sang humain pour survivre et sont en permanence tenaillés par une faim difficile à contrôler. Le Sang-Bleu diffère du vampire auquel on est habitués dans notre folklore courant car il n’est pas immortel, n’a pas de canines pointues, n’est pas allergique au soleil. Par contre au bout d’un certain temps (variable selon l’évolution du virus), il subit ce que l’auteure qualifie de « disparition graduelle » pour finir par devenir un vampire. Ici le vampire n’a rien de charmant… il s’apparenterait d’avantage à un zombie doué d’une vitesse surnaturelle qu’à un Lestat ou un Angel… Ainsi, il perd des lambeaux de peau, sent la pourriture et surtout il est assoiffé de sang. L’Échelon qui contrôle la transmission du virus et la réserve à une haute noblesse en quête d’immortalité, a pris le parti de supprimer tout « Sang-bleu » qui montrerait des signes de disparition graduelle. A noter que sur le même principe que celui des Sang-bleu, il existe un virus de la lycanthropie. Selon les Etats d’Europe, c’est l’une ou l’autre de ces « élites » qui dirige le pays… Petit détail qui m’a beaucoup amusée : l’auteure a « pimenté » la Révolution Française en partant du postulat que le peuple y avait supprimé tous les Sang-bleu.
Pour le cas de l’Angleterre, les Sang-bleu y ont tué tous les loups-garous (visiblement majoritairement d’origine écossaise… c’est drôle comme ils sont souvent originaires de par là bas… XD), point qui pourrait avoir son importance pour la suite.
J’ai trouvé que la façon dont ce système politique qui met en avant une oligarchie corrompue et accrochée à ses privilèges est plutôt bien traitée. On a un ensemble assez cohérent et le côté « renégat » de Blade qui est un Sang-bleu ayant refusé ce système évite l’écueil d’un manichéisme trop tranché.
Je ne peux malheureusement pas rentrer dans les détails du récit et me contenterai donc de mon ressenti sur les personnages et l’ambiance générale.
Whitechapel tout d’abord : une cour des miracles telle qu’on peut l’imaginer quand on songe à ce quartier au XIXe siècle… mais où il règne au final peut-être plus de justice que dans le Londres de l’Échelon, tout entier dans les apparences et où au final la liberté des humains n’est qu’illusoire. Ensuite, certains concepts tels que celui des usines de drainage (où les plus pauvres se font vider volontairement de leur sang pour gagner quelques deniers et nourrir leurs familles) ou des Bouchers (qui kidnappent et tuent des gens pour les « drainer » de leur sang) ne sont pas sans rappeler quelques aspects obscurs que l’on retrouve encore aujourd’hui dans nos sociétés.
L’ambiance générale est plutôt sombre, difficile de voir de l’espoir… sauf peut-être à travers les relations entre les personnages.
Honoria tout d’abord, personnage à la fois agaçant et attachant aussi. Prête à perdre la seule chose qui lui reste : son honneur, pour subvenir aux besoins de sa soeur et son frère, elle fait des sacrifices qui au final les mettront tous en sécurité.
Blade ensuite, le « Diable de Whitechapel », Sang-bleu à la réputation sanglante, n’a en fait pas grand chose à voir avec les récits circulant à son sujet. En lutte permanente contre ses instincts, il s’approche dangereusement de la disparition graduelle et a parfois du mal à garder le contrôle, surtout en présence d’Honoria. Rongé par la culpabilité et son envie de vengeance contre celui qui a fait de lui un Sang-bleu, il est toutefois parvenu à s’entourer de gens qui sont devenus sa famille. Il est prêt à tout pour les protéger et la réciproque est vrai. On trouve bien plus d’honneur dans le comportement de Blade que dans celui de la totalité de l’Échelon.
La relation entre ces deux personnages centraux est plutôt attachante mais sans plus, je n’irais pas jusqu’à dire qu’il s’agit de la plus grande romance de tous les temps mais ils sont mignons.
C’est dans les personnages secondaires ensuite que l’on retrouve des profils intéressants.
Mes préférés sont Esmé et Léo Barrons, respectivement la gouvernante de Blade et un noble Sang-bleu ayant une relation particulière avec Honoria. Mais toute la petite troupe qui gravite autour de Blade est digne d’intérêt et on voit bien que l’auteure a préparé le terrain pour poursuivre ses récits en les centrant sur d’autres personnages que nous retrouverons plus « intimement » dans les tomes suivants.

Bilan: 

 Au final une lecture agréable, légèrement mâtinée de steampunk (certains personnages ont des membres en métal, on retrouve quelques robots…).
Une approche politico-sociale assez intéressante mais sans être lourde pour le récit apporte un petit plus à une intrigue finalement sans grande surprise (j’avais déjà compris un certain nombre de choses du dénouement à un quart de ma lecture).
Ce livre a très bien rempli son rôle de « pause-cerveau » pour ma part. Une lecture que je vous conseille si vous cherchez une lecture pas prise de tête mais pas trop légère non plus.

Note globale: 14/20

[Lecture] Les Chroniques d’Oakwood: dans l’ombre de la Demoiselle [Marianne STERN]

La Demoiselle d'Oakwood

4e de Couverture:

Oakwood, son église, sa grange abandonnée, ses tavernes, son cimetière. Et ses sorcières, au grand dam des prêtres qui se succèdent sans parvenir à éradiquer les diableries.
Lorsque la nuit tombe, les ombres s’étirent et drapent le hameau d’un manteau de noirceur, laissant à la lune le soin d’épier les plus sombres desseins. Cruelles malédictions et engeances démoniaques arpentent alors librement les rues aux faveurs de l’obscurité ; mieux vaut ne pas s’attarder en-dehors des logis, au risque de rencontrer la Mort au détour d’une bâtisse.
Pourtant, le vieux cimetière attire bien des convoitises… Certains affirmeront avoir aperçu la lueur chétive d’une lanterne au détour d’une tombe, d’autres diront avoir entendu des hurlements déchirants briser la torpeur nocturne. Les plus folles rumeurs circulent au village, mais ses habitants s’accordent à dire qu’il ne se trame rien d’anormal.
Entre spectres, pentacles, corbeaux et cadavres, quelques téméraires se risquent toutefois à des errances en solitaire. L’un en quête de l’être aimé, l’autre animé par une vengeance inassouvie, ou tout simplement, à la recherche du repos éternel. Or tous ignorent que dans l’ombre, la demoiselle d’Oakwood veille…

Informations Pratiques:

  • Volume: 199 pages
  • Editeur : Editions du Chat noir (2 janvier 2013)
  • Collection : Griffe Noire
  • Version électronique

L’avis de la croqueuse de livres:

Après une très mauvaise lecture d’une auteure française que je vous chroniquerai un autre jour (j’attends que ma mauvaise impression décante un peu pour ne pas être trop méchante 🙂 ), ce livre a été une très agréable surprise.

Déjà par quelques choix qu’a fait l’auteure:
– L’histoire se centre sur le bourg d’Oakwood. On ne sait pas où il se trouve exactement, même si divers éléments laissent entrevoir que c’est dans une contrée anglophone, probablement en Europe étant donné que les dates correspondent aux périodes des Grandes Persécutions et de l’Inquisition Espagnole.
– L’ouvrage se présente sous forme de chroniques, à savoir des épisodes de l’histoire de la bourgade qui s’étend sur une période d’une trentaine d’années (de la fin du XVe au premier tiers du XVIe siècle pour les pointilleux 😉 ) dont le fil rouge est un personnage assez charismatique : la Demoiselle d’Oakwood. Une bonne part de l’originalité se trouve dans le fait que les différentes histoires ne se suivent pas chronologiquement (on passe de 1594 à 1620 pour revenir ensuite à 1605) mais il y a une véritable logique là dedans que je vous laisserai découvrir par vous même. C’est un peu déroutant au début, mais dès qu’on a choppé le truc, ça passe beaucoup mieux car les différentes pièces du puzzle finissent par s’emboîter harmonieusement.
– 
Il y a certes une bonne part de fantastique, mais les descriptions et pas mal d’éléments (mœurs, architecture…) sont historiquement bien renseignés (et forcément, ça parle à l’historienne qui sommeille en moi… :p ).

Ensuite, après l’écriture insipide de ma précédente lecture, ces récits ont été un véritable délice pour l’amatrice de belles lettres que je suis. Effectivement, la plume de l’auteure était pour moi aussi agréable à lire que du Pierre Pevel. C’est dire! (Ceux qui me connaissent savent à quel point j’en suis fan… ^^)
Je ne suis pas une grande fan de romans gothiques, j’ai tendance à les trouver un peu trop glauque pour la pauvre petite chose sensible que je suis, mais là, étonnement, ce côté là ne m’a pas dérangée tellement les récits étaient prenants.

En ce qui concerne l’histoire, je ne pourrai vous la détailler sous peine de spoiler une partie des intrigues, donc je m’attacherai plutôt à la trame générale et à certains protagonistes.
Pour la trame, on suit la destinée de la Demoiselle d’Oakwood, de son enfance jusqu’à 10 ans après son trépas. Pour résumer, Oakwood est une bourgade de bonne taille mais où tout le monde se connait plus ou moins et où on avait une certaine propension à crier à la sorcière au moindre aléa climatique ou virus saisonnier. Du coup, ces « braves » gens, et leur prêtre (« légèrement » fanatique) ont pris l’habitude de traquer et brûler des sorcières; en fait le plus souvent des pauvres filles qui avaient juste des mœurs dérangeant ces gens bien pensants, comme dans la réalité historique des Grandes Persécutions en somme.
A côté de cela, il y a « le Cercle ». On a très peu d’informations à son sujet, mais à priori, c’est un coven assez puissant réunissant de vrais sorciers. Dans son adolescence, Lynn, une jeune fille muette persécutée par son père, est pleinement devenue l’une d’entre eux. Depuis lors, elle s’affaire à libérer les âmes maudites par les paroles du prêtre au moment de leur trépas. Ces fameux « maudits » représentent également une bonne part des « personnages » de ces nouvelles.
En parlant des personnages, ils sont souvent torturés car soit psychopathes, soit des victimes innocentes d’une époque qui n’accorde aucune pitié aux « déviants ». Mention spéciale à John le Sanglant qui est clairement un taré abjecte mais qui malgré tout attise en moi une certaine sympathie car on le sent plus ou moins victime de ses pulsions.
Et sinon évidemment, le personnage de Lynn… finalement on la voit peu, on n’en sait pas beaucoup sur elle, mais je ne sais pas, elle a quelque chose, une fragilité qui la rend attachante.
Finalement, la plupart des protagonistes de ces récits sont des victimes. Victimes de leurs passions. Victimes de leurs vices. Victime d’une époque d’intolérance et de violence. Victimes de leur destin.

Bilan: 

 Un petit coup de cœur pour ce livre. Déjà comme dit précédemment, j’ai été enchantée par le style d’écriture. Et l’auteure a parfaitement réussi à me faire plonger dans son univers… au point même qu’elle a généré en moi une certaine frustration… j’aurais tellement aimé en apprendre plus sur Lynn et sur le Cercle… Savoir ce qu’il est advenu de l’âme de Matthew… Connaître le détail des aventures du cavalier sans visage pendant ses 10 années de pérégrinations… bref, pas mal de choses en suspend… heureusement que j’ai une imagination fertile qui me permet de boucher les trous… ^_^

En somme, un livre que je vous recommande si vous cherchez une lecture rapide, dans une ambiance gothique et très bien écrit.

Note globale: 17.5/20

[Lecture] Fées et Amazones [Olivier LEDROIT]

fées et amazones - Ledroit

4e de Couverture:

Une ode au beau sexe, par le flamboyant dessinateur de Wika

Connu pour son talent à réaliser d’incroyables planches épiques fourmillant de détails, Olivier Ledroit sait aussi se montrer délicat pour évoquer le corps et la sensualité. Il nous le montre ici de la plus belle des manières ! Pour le plaisir des yeux : fées, geishas, démones, et autres sorcières se succèdent, toutes plus somptueuses les unes que les autres, le tout avec ce soupçon de steampunk si cher au dessinateur de Wika.
Variant les techniques, en couleur ou en noir et blanc, sans jamais basculer dans la pornographie, cet auteur à nul autre pareil met à l honneur le beau sexe dans un splendide recueil d illustrations, sobrement intitulé Fées et Amazones.

Informations Pratiques:

  • Volume: 128 pages
  • Editeur :  Glénat (3 juin 2015)
  • Collection : Bande Dessinée
  • Version électronique

L’avis de la croqueuse de livres:

Bonjour à tous!
Si vous avez l’habitude de me lire, vous avez dû comprendre que j’ai un attrait certain pour le Steampunk et la fantasy, mais aussi pour l’art.
Alors forcément, quand je tombe sur un livre qui propose d’unir les trois, je ne peux que me jeter dessus avec avidité. 🙂

Olivier Ledroit est un artiste connu notamment pour certains opus des « Chroniques de la Lune Noire » et plus récemment pour sa série « Wika ». Il a un talent certain et mélange habilement un style résolument baroque avec des notes de comics. Je relèverai aussi son incroyable sens du détail. Je ne suis pas forcément fan de certaines planches particulièrement chargées, mais force est d’admettre que ce Artbook « Fées et Amazones » est loin de ces écueils pour ne conserver que délicatesse et poésie.

Je me permets de vous mettre quelques planches, liées directement à la galerie de Glénat car des images valent mieux que de longs discours :

Bilan: 

 J’ai été complètement charmée par cet ouvrage et si je l’ai pris en version electronique pour me faire une idée, je sais d’ores et déjà que je me le procurerai également en version papier (ne serait-ce que pour pourchasser l’auteur et en avoir une dédicace 😉 ).

A noter également qu’actuellement, Glénat expose Olivier Ledroit dans sa galerie sur Paris jusqu’à la fin du mois ( lien ici )

Et si vous souhaitez découvrir un peu plus l’artiste, n’hésitez pas à faire un tour sur son site web : http://www.olivier-ledroit.com

ps: si vous voulez me faire plaisir, n’hésitez pas à m’offrir une de ces toiles… ;p

Note globale: 19/20

[Lecture] La trilogie des gemmes [Kerstin GIER]

 la-trilogie-des-gemmes

Tome 1: Rouge Rubis

Informations Pratiques:

  • Volume: 352 pages
  • Editeur : Milan (03/2011)

Tome 2: Bleu Saphir

Informations Pratiques:

  • Volume: 380 pages
  • Editeur : Milan (09/2011)

Tome 3: Vert Emeraude

Informations Pratiques:

  • Volume: 425 pages
  • Editeur : Milan (03/2012)

4e de Couverture:

Longtemps, Gwendolyn pensa être une lycéenne comme les autres. Bon, d’accord, elle voyait des fantômes dans les couloirs de son lycée ; mais d’abord elle n’en voyait qu’un, et puis personne n’est parfait. Pour le reste, rien à dire. Jusqu’au jour où Gwendolyn comprit : elle n’était pas une lycéenne comme les autres. Marquée du sceau des Veilleurs du temps, elle doit désormais voyager à travers les âges, fermer un Cercle auquel elle ne comprend rien, partir à la recherche d’autres Veilleurs dans le passé, et affronter un comte du XVIIIe siècle, soi-disant immortel. Et puis quoi encore ? Tout ce qu’elle voudrait, elle, c’est que son (beau) Gideon l’embrasse pour de bon. Est-ce vraiment trop demander ? Elle est le rubis, la douzième, l’ultime voyageuse. Avec elle, le Cercle est refermé, le secret révélé. Un secret qui remonte à la nuit des temps.

L’avis de la croqueuse de livres:

Pour la première chronique de la reprise officielle de l’Ancre de papier, j’ai décidé de vous parler d’un livre qui n’est pas forcément très récent, mais qui a en ce moment une actualité intéressante. Il s’agit de la Trilogie des gemmes de Kerstin Gier.
En effet, cette trilogie a été adaptée au cinéma et le 2e opus, Bleu Saphir, est sorti en salle très récemment. Je n’ai pas encore eu l’occasion de voir ces films, mais d’après quelques amis qui ont eu cette chance, l’adaptation, si elle n’est pas à 100% fidèle aux livres, vaut tout de même la peine d’être vue.

Avant toute chose, il faut savoir que cette trilogie est à classer dans les romans jeunesse, mais cela n’ôte en rien la qualité de ces textes.

Gwendolyn est une jeune anglaise qui vit dans une grande maison avec sa grand-mère acariâtre, la belle-soeur de cette dernière, sa tante & sa fille Charlotte, sa maman et son frère et enfin le domestique de la maison, le flegmatique Mr Bernhard. Elle est un peu considérée comme le vilain petit canard de sa famille, contrairement à Charlotte, qui a le même âge, et sur qui repose l’héritage familial. En effet, cette odieuse rouquine est sensée être « le Rubis », l’héritière de la lignée familiale ayant la capacité d’effectuer des voyages dans le temps; pour cela, la jeune fille est entraînée depuis des années par une mystérieuse société secrète.
Mais finalement, il s’avère que ce n’est pas Charlotte, mais Gwendolyn qui a hérité de cette étonnante capacité et elle se retrouve à faire d’incontrôlables sauts dans le temps, avant qu’on ne la conduise à la rencontre de la société secrète, dominée par l’inquiétant Comte de Saint Germain, qui lui permettra de contenir son « don » en lui faisant faire des sauts dans le temps contrôlés par un étrange appareil. Elle apprend alors qu’elle n’est pas la seule voyageuse dans le temps et que le seul autre encore en vie, le séduisant Gidéon de Villiers, sera son partenaire pour de mystérieuses missions à travers les époques.

J’avoue que la trilogie est un peu difficile à résumer sans spoiler car tout est construit comme un complexe puzzle dont les pièces sont mises en places tout au long des trois tomes pour arriver à un dénouement qui a tout de même réussi à me surprendre.
Au début de ma lecture, j’avais quelques appréhensions car la thématique des voyages dans le temps est une de celles qui me donnent le plus de migraines étant donné que je cherche sans cesse à y trouver des incohérences (si vous avez lu mon billet sur « les Voies d’Anubis », cela vous rappellera des souvenirs 🙂  ).
Et bien j’ai été agréablement surprise car le sujet est assez bien traité et je n’ai pas eu à vider de tube d’aspirine pour finir la série: tout s’emboîte bien et je n’ai pas détecté d’incohérence majeure.

Au niveau des personnages, j’ai souvent des soucis avec les personnages principaux à qui j’ai irrémédiablement envie de mettre quelques baffes, mais cela n’a pas été le cas avec Gwendolyn. Sans allez jusqu’à dire qu’elle a du charisme, c’est une jeune fille attachante qui réagit de façon « réaliste » à tout ce qui lui tombe dessus, même si atermoiements amoureux sont parfois un peu pénibles, mais bon, elle reste une ado, c’est donc assez normal. Gidéon est aussi parfois tête à claques, mais au final c’est un jeune homme bien qui essaye simplement de survivre dans une vie qu’on lui a imposée alors que ses rêves sont ailleurs.
Par ailleurs, il y a une belle palette de personnages secondaires, tous assez bien travaillés et qui ont tous de bonnes raisons d’agir/réagir comme ils le font, aussi odieux soient-ils. Mentions spéciale à Monsieur Berhard, Xemerius et Madame Rossini.

Bilan: 

Je ne peux pas dire grand chose de plus sans vous dévoiler l’intrigue, mais je conseille cette lecture pour les moments où vous souhaitez vous plonger dans une histoire sympa et assez rapide à lire.

Et si vous avez vu les films n’hésitez pas à me laisser un petit commentaire pour me donner votre avis. 😉

Note globale: 14.5/20

[Lecture] Le protectorat de l’ombrelle, t:1: Sans âme [Gail CARRIGER]

4e de Couverture:

Miss Alexia Tarabotti doit composer avec quelques contraintes sociales.

Primo, elle n’a pas d’âme. Deuxio, elle est toujours célibataire. Tertio, elle vient de se faire grossièrement attaquer par un vampire qui, ne lui avait pas été présenté !
Que faire ? Rien de bien, apparemment, car Alexia tue accidentellement le vampire. Lord Maccon – beau et compliqué, écossais et loup-garou – est envoyé par la reine Victoria pour enquêter sur l’affaire.
Des vampires indésirables s’en mêlent, d’autres disparaissent, et tout le monde pense qu’Alexia est responsable. Mais que se trame -t-il réellement dans la bonne société londonienne ?

 

Informations Pratiques:

  • Volume: 324 pages
  • Editeur :  Orbit (12 janvier 2011)
  • Collection : Orbit
  • Version Electronique

L’avis de la croqueuse de livres:

Toujours dans ma lubie actuelle orientée sur l’époque victorienne, je me suis lancée dans la lecture du premier tome d’une série que je voulais lire depuis longtemps: Le Protectorat de l’Ombrelle.

Je m’attendais à quelque chose d’assez sobre (oui, malgré le résumé…) et j’ai ainsi été surprise du (gros) brin de folie dont a fait preuve Gail Carriger dans la rédaction de son récit. Effectivement, si le 19e est bien présent par de nombreux aspects, on est loin du côté un peu « coincé » qu’on retrouve généralement à cette époque. Je conçois que cela puisse perturber les puristes, ayant moi-même à mon actif quelques années sur les bancs d’une fac d’Histoire, je grince souvent des dents face aux anachronismes, fautes de langages et autres joyeusetés qui peuvent nuire à l’historicité d’un récit d’époque.
En l’occurrence, ici, cela ne m’a absolument pas dérangée tant les personnages sont truculents et l’histoire prenante.

Miss Alexia Tarrabotti, vieille fille (de 26 ans) d’origine Italienne par son père, a une fâcheuse tendance à s’attirer des ennuis. Dôtée d’une famille aussi frivole qu’envahissante, elle est dépourvue d’âme; ce qui fait que tout contact physique d’une créature surnaturelle avec la demoiselle, annule les pouvoirs de cette dernière et la rend humaine (les vampires perdent leurs crocs, les loup-garous leur fourrure…). On appelle les personnes comme Alexia des « paranaturels », ces derniers étant aussi rarissimes que craints par les « surnaturels », car ils avaient longtemps été employés comme chasseurs afin d’éradiquer les vampires et autres bêtes à poils.
Dans cet univers, les créatures surnaturelles sont connues et intégrées par les humains, du moins en Angleterre, on apprendra durant le récit que ce n’est pas le cas partout. Une institution nommé le BUR est chargée de contrôler les créatures surnaturelles (les référencer, enquêter en cas de crime les impliquant…), ce dernier est dirigé par le Comte Connal Maccon qui est accessoirement l’Alpha de la meute locale.
Alexia se trouve embarquée malgré elle (même si son sale caractère ne l’aide pas à éviter ce genre d’écueils) dans une sombre machination qui pourrait bien poser problème pour toute la communauté surnaturelle, effectivement, des vampires et des garous disparaissent sans laisser de traces. D’abord soupçonnée, Alexia prend les choses en main et enquête sur l’affaire, au grand dam de lord Maccon, un brin macho sur les bords.

L’histoire en elle-même est sympa, mais un peu cousue de fil blanc.
Ce sont surtout les personnages qui m’ont fait accrocher à l’histoire. Je n’en citerai que quelques uns, mais honnêtement, ils valent presque tous le détour (sauf peut-être les deux demi-soeurs d’Alexia qui sont superficielles au possible).
Alexia: 26 ans, pas d’âme et toujours pas mariée car sa mère a refusé de faire des frais pour son introduction dans la bonne société londonienne, jugeant son physique trop ingrat et son caractère trop imbuvable pour que cela vaille l’investissement. On sent qu’elle est le mouton noir de sa famille, et malgré son physique certes atypique mais toutefois agréable, elle manque cruellement de confiance en elle. Cela ne l’empêche cependant pas d’être très cultivée (n’ayant pas eu à minauder comme les jeunes femmes de son âge, elle a pu se concentrer sur les études) et d’avoir un tempérament bien trempé qui la fait souvent passer outre les convenances et les conventions sociales de l’époque. Alexia est indépendante, téméraire et brillante. Pour moi c’est la femme idéale. 🙂
Lord Maccon: macho, buté, impulsif, protecteur. Je pense que ces mots pourraient résumer la personnalité de l’Alpha local de Londres. On en sait assez peu sur son passé, hormis qu’il vient d’Ecosse et qu’il est craint par tous les loups-garou. C’est un personnage néanmoins attachant à sa façon et qui forme un binôme cocasse avec son second, le Docteur Llyal (qui lui est posé, réfléchi, stoïque en toutes circonstances).
Lord Adelkama: un très vieux vampire aux mœurs… disons, dissolues. Mais qui vaut vraiment le coup d’œil.
Miss Ivy: la meilleure amie d’Alexia, qui est aussi prude que son amie est audacieuse. Ses goûts vestimentaires sont presque aussi distrayants que ceux de Lord Adelkama…

Le livre est une succession de situations drôles et cocasses qui font qu’il se lit très vite et qu’il coule tout seul. D’aucuns trouveront que c’est trop, personnellement j’ai aimé.

Bilan: 

 Un livre que je conseille à toute personne aimant l’époque victorienne qui a besoin de rire et qui aime les personnages hauts en couleurs.

Note globale: 18/20