Archives pour la catégorie Urban Fantasy

[Lecture] Waynest t.2: Enlevée [Jess HAINES]

4e de Couverture:

Il fut un temps où le principal problème de Shiarra Waynest, détective privée, était de maintenir son agence à flot. Elle doit désormais négocier avec deux dangereux et séduisants vampires, ennemis depuis des siècles, dont elle a éveillé les convoitises. Alors que les tensions s’intensifient, les White Hats, chasseurs de vampires, pressent Shiarra de les rejoindre. Elle va alors découvrir que les apparences sont trompeuses, ce qui affectera toutes ses convictions… ainsi que ses désirs.

Informations Pratiques:

  • Volume: 456 pages
  • Editeur : Milady (29 mars 2013)
  • Collection : Bit-Lit
  • Version Electronique

L’avis de la croqueuse de livres:

J’avais fait une petite chronique sur le tome 1 il y a quelques temps et j’avais été moyennement emballée. Après « Le Mystère du Drake Mécaniste », j’avais besoin de quelques chose de « décérébrant ». J’ai donc opté pour le tome 2 de cette série purement Bit-Lit.

Nous retrouvons Shiarra, environ 6 mois /un an après les événements du tome 1. Elle s’est officiellement remise en couple avec Chaz et a accepté sa nature Lycanthrope. En parallèle, elle tente d’éviter Alec Royce comme la peste, tout comme les White Hats.
Le roman commence fort: Shiarra est en train de se faire menacer par Jack, le chef des White Hats qui n’a pas renoncé à l’intégrer dans ses rangs. Avant de la laisser, ce dernier l’informe qu’elle aurait bientôt besoin d’eux car un nouveau joueur s’apprête à rentrer dnas la partie. Et les ennuis ne tardent pas à de nouveau frapper à sa porte: un soir un vampire tente de s’introduire chez elle pour la conduire chez un certain « Max » qui s’avère être le créateur de Anastasia, la Méchante vampire du t.1 qui avait été réduite en charpie par les loups de Chaz. Elle est secourue in extremis, mais se fait bientôt enlever par Max, vampire millénaire et psychotique, et ce dernier qui a visiblement mal digéré l’exécution de sa petite protégée…

Le tableau est posé: l’héroïne se retrouve au coeur d’une lutte fratricide entre deux vamps super-puissants: l’un veut sa mort et l’autre la veut tout court.
Ceci mis à part, on retrouve un peu les mêmes clichés que dans le premier opus: elle monte sa petite brigade de surnat’ perso et compte partir à l’assaut du grand méchant.
Shiarra est un peu plus malmenée que dans le premier tome, mais une fois encore, les personnages m’ont paru creux et pleins d’incohérences. La demoiselle qui avait tant de mal à fréquenter les « Autres » dans « Traquée » se pose maintenant en donneuse de leçon, prônant le fait que ces derniers sont comme tout le monde, fourrure et crocs en plus. Sa réaction face aux injonctions de la presse est tout aussi improbable… J’ai beaucoup de mal à percevoir Chaz comme un Alpha tant il manque de contrôle quand à Royce, il est toujours retors mais je l’ai trouvé un peu trop mou…
J’espérais que dans ce tome on en découvrirait d’avantage sur Royce, Arnold et la ceinture qui transforme Shiarra en chasseuse, mais j’ai été très déçue. Au final on a beaucoup de violence et de scènes glauques pour un scénario assez creux et des personnages toujours aussi superficiels qui vivent des événements pour le moins traumatisants mais ne semblent pas en garder de séquelles.

Bref, beaucoup de mal à finir ce tome et une grosse déception à la clé.

Bilan: 

 Très déçue.
C’est dans ces cas là que je regrette que Milady ait cessé la publication d’oeuvres aussi fouillées que Kate Daniels, Les Dossiers Dresden ou Rachel Morgan pour se consacrer à des séries aussi creuses et inintéressantes…
Je ne pense pas lire le tome 3.

Note globale: 9/20

[Lecture] Fille D’Avalon, t.1: Derrière le Voile [Jenna BLACK]

4e de Couverture:

« Quand ma mère s’est pointée à mon récital de chant ivre morte pour la énième fois, j’ai craqué : j’ai décidé de fuguer pour retrouver mon père – un faë très puissant – en Avalon, seul lieu au monde où le commun des mortels et les elfes peuvent cohabiter. Moi qui croyais choisir une vie meilleure, jamais je ne m’étais autant trompée. Mais bien entendu, je l’ai compris trop tard… ».

Informations Pratiques:

  • Volume: 318 pages
  • Editeur : J’ai Lu (27/02/2013)
  • Collection : Darklight
  • Version Papier

L’avis de la croqueuse de livres:

Ce qui m’a attirée dans ce livre, c’est le titre tout d’abord. Avalon. Lieu de mystères et de légendes. Férue de légendes avec un penchant pour les celtes et la table ronde, j’avoue que cela a éveillé ma curiosité. Après j’ai lu le résumé et j’ai vu qu’en plus il y avait des Fae. Outre le fait que j’apprécie ces créatures, j’ai une fâcheuse tendance à me jeter sur les livres les concernant, ça me change des sempiternels vampires.
Ce qui m’a un peu plus effrayée était l’auteure. Jenna Black est aussi à l’origine de la série Morgan Kingsley et si j’avais apprécié son style d’écriture, j’avais vachement moins accroché avec son trip pour le sado-masochisme décomplexé… Ceci dit, puisque l’héroïne de Fille d’Avalon est une toute jeune fille, j’espérais sincèrement que l’auteure se passerait de ce genre de fantaisies…
C’est donc pleine de circonspection que j’ai entamé cette lecture.

L’histoire en elle-même est sans surprise, même assez fade et prévisible. En sus, on a une héroïne assez irritante, un peu candide et complètement cœur d’artichaut qui découvre qu’elle a des pouvoirs hors-du-commun et qui devient la convoitise de pas mal de monde. Des « méchants » lisses et mégalos et certains personnages cumulant les clichés complètent le tableau.

Ceci dit il y a quand même un peu de positif:
– Le concept même d’Avalon: il s’agit d’une enclave dans laquelle le monde des fae et des humains cohabitent sans que l’une des deux ethnies ne puisse passer de l’autre côté. J’ai trouvé l’idée plutôt intéressante, même si à mon sens il aurait pu être intéressant de mieux poser les bases de l’organisation politique et sociale de la cité.
– Certains personnages secondaires semblent prometteurs: notamment Keane, Kimber et Alistair (que je n’ai pas pu m’empêcher d’associer au père de Drago Malfoy pendant toute ma lecture… des fois il ne vaut mieux pas chercher)
– La question de l’alcoolisme est évoquée avec une relative justesse.
– L’auteure a réussi à ne pas tomber dans l’éternel écueil du manichéisme en évoquant la Cour des Lumières et celle des Ténèbres. Elle a aussi posé quelques pistes intéressantes sur les Fae donc j’attends de voir l’exploitation dans les prochains tomes.

Bilan: 

Une lecture qui passe bien mais sans plus. Je n’ai pas été transcendée. J’attends donc de voir si les choses deviennent plus intéressantes dans les prochains tomes car je pense malgré tout qu’il y a du potentiel.

Note globale: 12,5/20

[Lecture] Rebecca Kean t.1: Traquée [Cassandra O’DONNELL]

4e de Couverture:

Nouvelle-Angleterre, Burlington… Pas de délinquance, élue la ville la plus paisible des Etats-Unis, bref, un petit havre de paix pour une sorcière condamnée à mort et bien décidée à vivre discrètement et clandestinement parmi les humains. Malheureusement, en arrivant ici, je me suis vite aperçue que la réalité était tout autre et qu’il y avait plus de démons, de vampires, de loups-garous et autres prédateurs que nulle part ailleurs dans ce foutu pays. Mais ça, évidemment, ce n’est pas le genre de renseignements fournis par l’office de tourisme. Maudit soit-il…

Informations Pratiques:

  • Volume: 473 pages
  • Editeur : J’ai Lu (16/03/2011)
  • Collection : Darknight
  • Version Papier

L’avis de la croqueuse de livres:

Je me suis lancée dans cette lecture pour passer le temps dans le tgv pour un petit voyage à Lille… et je l’ai fini le jour de mon retour… Donc première chose: ce livre coule tout seul.

On se trouve ici dans un univers Urban Fantasy un peu particulier. Six grands groupes d’êtres surnaturels évoluent en secret dans un monde où les humains ignorent leur existence: les sorcières, les Loups-Garous, les Muteurs (ou métamorphes), les Chamans, les vampires et les démons.
Les quatre premiers groupent ont été des centaines d’années durant en guerre contre les vampires et les démons. La guerre a pris fin quelques années auparavant et cela s’est traduit par un traité fragile qui contraint tout ce petit monde à collaborer dans l’intérêt global de la communauté surnaturelle.
Notre héroïne, Rebecca est une Sorcière un peu particulière qui fuit son clan depuis des années avec sa fille de 9 ans. Elle vit caché et tente de se fondre dans la masse en évitant de se mêler aux affaires des êtres surnaturels; la seule qu’elle fréquente est son amie Beth, une louve, bras droit de l’Alpha local, qui lui fait régulièrement office de nounou.
Cependant, par un concours de circonstance, non seulement les chefs des divers clans local apprennent son existence, mais en plus ils font d’elle leur « Ayassim », sorte de super-flic surnaturel chargé de faire maintenir l’ordre sur le territoire, afin de régler une affaire délicate qui implique toutes les classes surnaturelles. Cela va l’amener à utiliser des méthodes musclées et à se frotter à l’hostilité de tous les clans.

Voilà le décor planté. Cela pourrait sembler relativement classique… Ce qui va faire l’originalité de la série, ce sont les personnages.
J’avoue qu’aucun ne m’a laissée indifférente (en bien ou en mal), ce qui est assez rare pour moi.
Rebecca déjà. Déjà, elle est française… ça me parle 😉 – Encuite, elle a gardé des séquelles visibles de sa jeunesse: une éducation violente et spartiate qui lui a laissé un coté impitoyable qu’elle essaye de ne pas laisser prendre le dessus. C’est là tout l’intérêt de ce personnage: elle est loin d’être une gentille créature qui veut sauver le monde. Non. Il s’agit d’une femme puissante, consciente de sa force qui n’a pour seul objectif que de se préserver et de protéger sa fille; et pour ce faire, la fin justifie les moyens. Elle lutte cependant contre ses propres contradiction: refus de s’attacher mais besoin de ne pas être seule, pulsions meurtrières mais scrupules à utiliser la violence. Bref, elle a une personnalité complexe et c’est le cas de presque tous les personnages de ce récit. Tous vivent dans leurs propres paradoxes, oscillant entre leur nature/éducation/devoirs et ce qu’ils veulent être ou paraître. L’auteure évoque aussi avec un certain doigté et justesse la question de la tolérance et des préjugés à travers les tensions et les vieilles rancœurs entre les différents clans.

Au niveau des points négatifs, je n’en voit pas énormément si ce n’est que:
– Rebecca mène une vie monacale depuis 10 ans et tout d’un coup elle se retrouve avec une foule de mâles en rut qui en ont après elle et qui ne la laissent pas indifférente.
– Certains des personnages me semblent un peu trop puissants… j’attends de voir comment l’auteure va gérer ça dans les tomes suivants.

Ainsi, l’auteur a posé ici les bases de plusieurs intrigues concernant le passé des différents personnages et on sent par ailleurs qu’il suffirait de pas grand chose pour que le fragile équilibre entre les communautés ne vole en éclats et qu’une nouvelle guerre explose.

Bilan: 

J’ai été franchement emballée par cette lecture. Ce livre n’est pas à mettre dans toutes les mains (on n’est pas dans un registre qui serait acceptable pour un public mineur je dirais car assez violent et contenant des scènes explicites), mais si vous aimez l’Urban Fantasy et les héroïnes qui n’ont pas froid aux yeux, je ne peux que vous le conseiller.

Note globale: 18/20

[Lecture] Philtres & Potions: Anthologie Bit-lit [ouvrage collectif]

4e de Couverture:

Un recueil de textes des plus célèbres auteurs de bit-lit.
Les fans du genre vont se régaler !

Loups-garou, vampires et sorcières, autant de créatures surnaturelles qui peuplent les univers des neuf nouvelles de ce recueil rédigées de mains de maîtres : Patricia Briggs, Jim Butcher, Charlaine Harris découvrez ou retrouvez les personnages de séries à succès.

Informations Pratiques:

  • Volume: 512 pages
  • Editeur : Milady (18/03/2011)
  • Collection : Bit Lit
  • Version Papier

L’avis de la croqueuse de livres:

N’ayant pas beaucoup de temps pour lire en ce moment, je me permets de faire un peu de « recyclage » d’un livre que j’ai lu il y a déjà quelques temps.
Il ne s’agit pas d’un roman mais d’un recueil de nouvelles dans lequel on retrouve les auteurs suivants:
– Patricia BRIGGS: Loup Aveugle
– Jim BUTCHER: La dernière tournée
– Rachel CAINE: Cadavre Exquis
– Karen CHANCE: Les jeux sont faits
– PN ELROD: L’Oeil doré d’Hécate
– Charlaine HARRIS: Bacon
– Faith HUNTER: La Marque des morts
– Caitlin KITTREDGE: La Rouquine
– Jenna MACLAINE: Sombres Péchés

Ces nouvelles n’ont pas vraiment de points communs si ce n’est qu’il s’agit d’Urban Fantasy (je préfère ce terme à Bit Lit car je trouve ce dernier trop restrictif étant donné que nous n’avons pas ici que des vampires et qu’il ne s’agit pas de belles histoires romantiques). Par contre vous retrouverez des univers déjà connus comme avec Patricia Briggs et Jim Butcher dont les textes se déroulent respectivement dans les mondes déjà connus de Mercy Thompson et de Dresden. Ce qui est intéressant, c’est que ces nouvelles mettent en avant des personnages évoqués brièvement dans les séries respectives des auteurs qui mais qui sont tellement insignifiants dans ces dernières qu’on n’y a pas vraiment porté attention… à tort.
Ces nouvelles m’ont permis de m’immerger encore un peu d’avantage dans ces univers que j’appréciais déjà… Et voilà que je me mets à espérer que Patricia Briggs se lance dans un nouveau spin-off de Mercy Thompson pour nous conter l’histoire de Tom et Moira…
Et par ailleurs, j’ai pu découvrir des auteurs que je ne connaissais pas du tout, me donnant envie de me plonger dans leur monde un jour, comme ce fut le cas avec le texte de Caitlin Kittredge.
Le seul bémol que j’apposerais est que certaines de ces nouvelles se passent bien après les faits des ouvrages déjà parus en France, comme c’est le cas pour celle de Jim Butcher. Ainsi il y a des choses qui m’ont laissée sur ma faim car il me manque des pièces du puzzle.
Cependant je suppose que ça ne sera pas un problème pour quelqu’un qui n’a jamais lu les livres, ces nouvelles pouvant se lire sans connaitre les univers dont elles sont issues.

Bilan: 

Au final, je ne peux que conseiller ce livre qui permet de découvrir de nouvelles plumes ou  bien de plonger un peu plus dans des univers existants. D’autant plus que vous trouverez forcément certains textes qui répondent à vos attentes même si vous ne les apprécierez sans doute pas tous, tout comme moi. 🙂
Merci à Milady d’avoir pris l’initiative de les publier.

Note globale: 15,5/20

[Lecture] La Compagnie Hyde [Romain COMBES]

images

4e de Couverture:

Un homme est recruté par une organisation dont les membres se métamorphosent en monstres pour lutter contre des forces démoniaques.

Nous considérons les vampires, loups-garous, goules et autres êtres des ténèbres comme purement fictifs, mais une poignée d’élus connaît la vérité : ces créatures existent réellement, et évoluent au coeur même de notre société. Une organisation secrète surveille leurs moindres faits et gestes et intervient en cas de danger pour la population humaine. Elle a pour nom « La Compagnie Hyde ».

Lorsque Gabriel Andreas est recruté par cette dernière, il découvre que les membres de cette organisation doivent fréquemment subir une métamorphose à l’issue de laquelle ils deviennent aussi monstrueux que les créatures qu’ils pourchassent. Mais cette transformation est dangereuse et peut s’avérer définitive. Ayant tout à apprendre, et la Compagnie Hyde devenant la cible de forces démoniaques, Gabriel parviendra-t-il à sauver son humanité ?

Informations Pratiques:

  • Volume: 591 KB (+/- 70 000 mots)
  • Editeur : ? (je suppose qu’il s’agit d’auto-édition) – Mars 2012
  • Collection : /
  • Version numérique (format Kindle)

L’avis de la croqueuse de livres:

J’ai lu ce livre l’année dernière, mais je suis retombée dessus en faisant du tri dans ma bibliothèque Booknode et m’en souvenant encore parfaitement, je prends le parti de vous faire un petit topo.

J’ai été clairement appâtée par la jolie couverture (« victime du marketing » inside) et le résumé prometteur. Je me suis donc lancée avec enthousiasme dans la lecture de ce petit roman écrit par un jeune auteur français.

J’avoue avoir été très déçue. Le concept était intéressant et il y a pas mal de bonnes idées dans ce livre, mais au final, le style d’écriture assez pauvre ainsi que les incohérences répétées ajoutés aux personnages assez fades, ont complètement annihilé le moindre avis positif que j’aurais pu avoir.
Le héros est terne au possible. Pourtant, le fait de prendre un sans domicile comme protagoniste principal était engageant, cela aurait pu ouvrir de multiples portes. Mais ni son passé, ni son évolution intérieure ne sont exploités. Après, on peut supposer que l’auteur gardait ces infos là pour les tomes suivants (à priori il devrait y en avoir 3, je n’en ai trouvé qu’un), mais ce manque d’information est handicapant pour s’identifier au personnage et s’immerger dans l’histoire. Il en va de même pour le personnage de Mona. On sent qu’elle a un lourd passif, qui peut expliquer son caractère bien trempé. Mais il n’est pas bien exploité et l’explication de son attitude qui apparaît vers la fin est complètement bâclée.
Je ne m’attarderais même pas sur les autres personnages tellement ils ne m’en semblent pas dignes d’intérêt.
Je ne vous dévoilerai pas non plus les détails de l’histoire, mais un conseil: si vous vous lancez dans cette lecture, prenez ça au 15e degré, un peu comme un navet de série Z, tellement l’évolution de l’histoire est improbable et bancale… Juste pour vous donner un avant goût: des monstres de 6 à 12 mètres de haut qui se battent en pleine ville mais n’attirent pas l’attention des gens ou des autorités, ça vous semble crédible?

Bilan: 

Vous aurez compris que j’ai été dépitée par cette lecture qui aurait pu être vraiment sympa  sans les erreurs grossières qui le jalonnent et la sous exploitation manifeste des personnages. Du potentiel mais pas de transformation de l’essai.
Inutile de préciser que je ne lirai pas la suite…

Note globale: 6,5/20