[Lecture] Maeve Regan, t.3: La dent Longue [Marika Gallman]

4e de Couverture:

Depuis que je sais qu’il y a un traître parmi nous, ma vie n’a plus rien de facile. Je dois recruter un max de vampires pour constituer ma propre armée afin de combattre celle de mon père, qui a toujours la ferme intention de me tuer pour me voler mes pouvoirs. Rien que ça. Mais c’est une excellente motivation pour parfaire mon apprentissage de la magie, puisque l’heure de la confrontation approche. Tout ça serait déjà bien assez compliqué sans y ajouter mon imbécile de frère, qui essaie de me mettre des bâtons dans les roues. Et le fantôme de mon ancien amant, qui me poursuit. Je crois que je suis en train de devenir folle.

Informations Pratiques:

  • Volume: 476 pages
  • Editeur :  Milady (31 mai 2013)
  • Collection : Bit-Lit
  • Version Papier

L’avis de la croqueuse de livres:

J’avoue que j’avais prévu de lire ce tome 3, trouvant la série plaisante mais sans plus (certains des personnages me tapaient royalement sur le système – vous trouverez mon avis ici), cependant elle n’était pas au sommet de ma PAL. Mais après le teasing de Marika Gallman pour la sortie de la « Dent Longue » et les multiples avis que j’avais lu sur le sujet, j’ai profité de mon envie de faire une petite pause dans mon trip « steampunk et 19e » pour lire quelque chose d’un peu plus actuel.
Si vous n’avez pas lu les deux premiers tomes, passez votre chemin, il y a des références à ces derniers. Les spoils concernant le tome 3 seront cachés au cas où vous ne souhaiteriez pas les voir. 🙂

A la fin du 2e opus, nous avons quitté une Maeve complètement détruite: invasions d’araignées, prise de conscience de la présence d’un traitre dans le groupe, rencontre avec son père… et surtout, à cause de ce dernier, elle a planté un pieu dans le coeur de Lukas…
Mais pas de répit pour les braves. Notre percutante héroïne n’a pas le temps de faire son deuil: elle a une armée à monter, son père à débusquer et un traître à retrouver.
Maeve est ici à la frontière de la folie, prête à sombrer dans la démence à tous les instants. Elle doute d’avoir vraiment tué son amant, après tout, Victor est bien « Le Roi de l’Illusion » non? Et surtout, elle se méfie de tout le monde. Elle voit le traître partout, ne comptant plus que sur elle même et parfaitement consciente que ses divagations pourraient lui être fatales, aussi indestructible semble t-elle être.

Dans ce tome, on sent que le passage à l’action ne va plus tarder. Maeve s’est constitué une armée, se retrouve maître d’un château et doit composer avec un personnage déjà aperçu dans le tome 2 mais qui prend ici une toute autre dimension: Trevor. Elle doit aussi tenter de tirer les vers du nez de son adorable mais néanmoins psychopathe frangin qu’elle garde enfermé dans une geôle, ce dernier ne se montrant pas tout à fait coopératif.
Notre vindicative héroïne va aussi devoir faire face aux fantômes du passé de gens qui lui sont proches et découvrir que sa famille n’est pas aussi réduite qu’elle le pensait.
Je ne vous en dirai pas plus quand à la trame de l’histoire, mais sachez que les personnages ont, à mes yeux, tous gagné en profondeur. Même ceux qui m’agaçaient, notamment Eliot.
Je craignais au départ que l’absence de Lukas ne nuise à l’histoire, mais en fait pas du tout. Un autre personnage a permis de combler ce « manque » sans pour autant remplacer le séduisant vampire: Trévor. Si dans le tome précédent j’avais eu la méchante envie de lui planter un pieux dans le coeur, dans cet opus on apprend à mieux le connaître et j’avoue avoir eu un gros coup de… coeur, justement. Il s’avère en fait être un personnage assez complexe et son attitude lors du tome 2 et le début du 3 apparaît finalement tout à fait légitime.
Et celle qui devient petit à petit mon personnage préféré… Rosita… et pourtant j’ai la phobie des reptiles depuis l’enfance… Elle est forte M. Gallman… très forte…

Pour les petits curieux, quelques spoils:

[spoiler title= »spoiler, ne cliquez pas si vous ne voulez rien savoir… » open= »0″ style= »1″]- Lala sait parler! Sisi je vous jure… ça choque! 😉
– Avant j’aimais bien Lukas… mais c’était avant de lire ce tome… maintenant, j’ai juste envie de l’embrocher… après, connaissant l’affection de l’auteure pour les rebondissements, il est possible que je change encore d’avis par la suite… mais pour le moment je n’ai pas envie que Maeve se remette avec lui… et puis franchement… Trevor quoi… <3
– Barnay, Barnay, Barnay… mon petit… un peu de savoir vivre avec belle-maman ne ferait pas de mal… (mais ceci-dit, perso j’avais supposé depuis un moment que Julian était gay… donc ça ne m’a pas surprise du tout de retrouver la langue de Barney dans sa bouche…)
– L’autre couple qui s’est formé au cours du récit ne m’a pas surprise non plus… cela a été bien amené… ^^
– J’ai trouvé la fin de Victor un peu trop rapide…. du coup je me fais déjà des nœuds au cerveau en me disant qu’il n’est peut-être pas vraiment mort? Après tout il est bien le roi de l’illusion? Raaaaaah @_@
– Je suis triste de voir qui est le traitre… je m’étais prise d’affection pour lui… mais j’ai vraiment hâte de connaître le détail de ses motivations car pour le moment ce n’est pas très clair dans ma tête…[/spoiler]

Je ne peux m’empêcher de prévenir les lecteurs avertis que vous êtes sans doute, que vous aurez probablement besoin d’un tube d’Efferalgan, voir de Prozac pendant et après la lecture de ce tome.
Effectivement, Marika Gallman, qui avait déjà torturé ses lecteurs pendant un mois avant la sortie de l’opus en bombardant un extrait par jour, a visiblement pris un malin plaisir à la perspective de supplicier encore d’avantage ses lecteurs en leur retournant le cerveau comme une crêpe…  et plusieurs fois en plus.
En gros: ne vous attachez pas trop à vos théories, ni même à vos personnages fétiches, les premières seront sans doute erronées et les seconds seront soit morts, soit félons…
C’est aussi ce qui m’a plu (oui, j’avoue que je dois aussi être maso… un peu…), il est rare qu’un livre me surprenne. Souvent, je devine la fin et là… et bien je peux dire que j’ai fini avec la mâchoire sur les genoux.

Mais l’auteure n’est pas seulement sadique, elle a aussi des références (pourries? :p) typiques de sa génération (dont je fais partie vu que nous avons le même âge) qui font que par moment je me bidonne toute seule devant ma tablette… Non mais… Docteur Quinn quoi? Sérieux?

Bilan: 

A mon sens le meilleur des trois tomes de la série pour le moment. Les personnages gagnent de la profondeur, l’intrigue aussi. Si vous étiez sceptiques après la lecture des deux premiers opus, n’hésitez pas à lire celui-ci. Je pense que vous trépignerez ensuite d’impatience pour lire le tome 4 (qui au passage mettra l’adorable Rosita en avant sur la couverture 😉 ).

Note globale: 18/20