Archives pour l'étiquette livre

[Lecture] La Compagnie Hyde [Romain COMBES]

images

4e de Couverture:

Un homme est recruté par une organisation dont les membres se métamorphosent en monstres pour lutter contre des forces démoniaques.

Nous considérons les vampires, loups-garous, goules et autres êtres des ténèbres comme purement fictifs, mais une poignée d’élus connaît la vérité : ces créatures existent réellement, et évoluent au coeur même de notre société. Une organisation secrète surveille leurs moindres faits et gestes et intervient en cas de danger pour la population humaine. Elle a pour nom « La Compagnie Hyde ».

Lorsque Gabriel Andreas est recruté par cette dernière, il découvre que les membres de cette organisation doivent fréquemment subir une métamorphose à l’issue de laquelle ils deviennent aussi monstrueux que les créatures qu’ils pourchassent. Mais cette transformation est dangereuse et peut s’avérer définitive. Ayant tout à apprendre, et la Compagnie Hyde devenant la cible de forces démoniaques, Gabriel parviendra-t-il à sauver son humanité ?

Informations Pratiques:

  • Volume: 591 KB (+/- 70 000 mots)
  • Editeur : ? (je suppose qu’il s’agit d’auto-édition) – Mars 2012
  • Collection : /
  • Version numérique (format Kindle)

L’avis de la croqueuse de livres:

J’ai lu ce livre l’année dernière, mais je suis retombée dessus en faisant du tri dans ma bibliothèque Booknode et m’en souvenant encore parfaitement, je prends le parti de vous faire un petit topo.

J’ai été clairement appâtée par la jolie couverture (« victime du marketing » inside) et le résumé prometteur. Je me suis donc lancée avec enthousiasme dans la lecture de ce petit roman écrit par un jeune auteur français.

J’avoue avoir été très déçue. Le concept était intéressant et il y a pas mal de bonnes idées dans ce livre, mais au final, le style d’écriture assez pauvre ainsi que les incohérences répétées ajoutés aux personnages assez fades, ont complètement annihilé le moindre avis positif que j’aurais pu avoir.
Le héros est terne au possible. Pourtant, le fait de prendre un sans domicile comme protagoniste principal était engageant, cela aurait pu ouvrir de multiples portes. Mais ni son passé, ni son évolution intérieure ne sont exploités. Après, on peut supposer que l’auteur gardait ces infos là pour les tomes suivants (à priori il devrait y en avoir 3, je n’en ai trouvé qu’un), mais ce manque d’information est handicapant pour s’identifier au personnage et s’immerger dans l’histoire. Il en va de même pour le personnage de Mona. On sent qu’elle a un lourd passif, qui peut expliquer son caractère bien trempé. Mais il n’est pas bien exploité et l’explication de son attitude qui apparaît vers la fin est complètement bâclée.
Je ne m’attarderais même pas sur les autres personnages tellement ils ne m’en semblent pas dignes d’intérêt.
Je ne vous dévoilerai pas non plus les détails de l’histoire, mais un conseil: si vous vous lancez dans cette lecture, prenez ça au 15e degré, un peu comme un navet de série Z, tellement l’évolution de l’histoire est improbable et bancale… Juste pour vous donner un avant goût: des monstres de 6 à 12 mètres de haut qui se battent en pleine ville mais n’attirent pas l’attention des gens ou des autorités, ça vous semble crédible?

Bilan: 

Vous aurez compris que j’ai été dépitée par cette lecture qui aurait pu être vraiment sympa  sans les erreurs grossières qui le jalonnent et la sous exploitation manifeste des personnages. Du potentiel mais pas de transformation de l’essai.
Inutile de préciser que je ne lirai pas la suite…

Note globale: 6,5/20

[Lecture] Les Chroniques de MacKayla Lane – 5 tomes [Karen Marie MONING]

sériefievre

 

Un article un peu différent aujourd’hui puisque je traite d’une série entière que j’ai dévorée en un peu plus d’une semaine.

La série: 

Cette série se compose de 5 tomes parus chez J’ai Lu entre 2009 et 2012, uniquement en version papier:
– Fièvre Noire [413 pages]
– Fièvre Rouge [448 pages]
– Fièvre Faë [470 pages]
– Fièvre Fatale [597 pages]
– Fièvre d’Ombres – [889 pages]

L’histoire:

MacKayla Lane est une « fille du sud » qui vit une existence douce et tranquille jusqu’à ce qu’on lui annonce que sa sœur Alina, partie faire ses études en Irlande, a été sauvagement assassinée dans une ruelle de Dublin.
Dès lors, elle n’a plus qu’une idée en tête: retrouver le meurtrier de sa sœur et la venger. Elle s’envole donc pour Dublin, loin de se douter de ce qui l’attend.
Effectivement, une fois sur place, elle commence à voir des créatures étranges et menaçantes. C’est suite à sa rencontre avec le mystérieux et irritant libraire, Jéricho Barrons, qu’elle comprendra qu’elle n’a pas d’hallucinations mais qu’il s’agit en fait de Faës, de sombres créatures se nourrissant d’humains et qu’elle fait partie des rares personnes à pouvoir les voir sous leur véritable apparence. Effectivement, Mac est en fait une Sidhe-Seer (une « voyeuse de Sidhe »).
A partir de là, la douce et superficielle Mac va sombrer dans un univers terrifiant où les Faës de l’Ombre (Unseelies) et de Lumière (Seelies), mènent une partie d’échecs dont les humains ne sont que des pions sans importance et où l’enjeu est de mettre la main sur un livre maléfique créé des centaines de milliers d’années auparavant par le roi des Unseelies : le Sinsar Dubh qui semble de surcroît avoir un lien direct avec la mort de sa sœur…
Mac n’aura d’autre choix que de s’endurcir et d’apprendre à utiliser ses capacités au mieux pour trouver des alliés et survivre dans ce nouveau monde de ténèbres…

L’avis de la croqueuse de livres:

Je ne vous en dirai pas d’avantage sur l’histoire, sinon je risque de vous gâcher le plaisir en vous révélant des choses importantes.

La première chose que je dirais à propos de cette série est qu’elle n’est pas à mettre entre toutes les mains: âmes sensibles s’abstenir. En effet, outre des scènes assez osées, il y a également des passages très violents et difficiles, à la limite (ou dépassant les limites, selon le point de vue) du sordide.

Pour autant, cela ne m’a pas empêchée de dévorer littéralement ces presque 3000 pages de bonheur en papier…
Cela faisait très longtemps que je n’avais pas été happée à ce point dans une histoire et tenue en haleine du début à la fin par cette dernière.
Les personnages sont obscurs et mystérieux, l’univers extrêmement complexe et bien ficelé et la trame presque sans temps morts.
Pour une fois, l’histoire ne se passe pas aux Etats-Unis mais en Irlande, l’île d’Emeraude, magique et au folklore aussi riche que sa saison pluvieuse… J’ai aussi apprécié que l’auteure se plonge dans l’univers de la culture celte et de ses mythes complexes pour arriver à les remanier d’une façon tout à fait fascinante et cohérente.

Le personnage principal, Mac, m’a inspiré des choses très variables tout au cours de l’histoire, tantôt m’énervant par son égocentrisme et sa superficialité, tantôt m’étonnant par son courage et sa débrouillardise… J’avoue qu’au final, je ne saurais pas dire si je l’apprécie ou pas. Et c’est le cas pour quasiment tous les personnages de cette série: ils ont tous des côtés positifs et négatifs… brefs, ils sont loin d’être parfaits et c’est ce qui les rend crédibles au final car ils ne sont pas lisses, tout comme le monde dans lequel ils évoluent.

C’est une autre chose que j’ai largement apprécié dans cette histoire, il n’y a pas de manichéisme exacerbé, pas de bons ni de mauvais: juste des gens essayant de survivre, certains utilisant juste des méthodes plus brutales que les autres. Même les Unseelies paraissent moins détestables tant ils sont en fait pathétiques (attention, ce n’est pas pour autant que j’aimerais en croiser un pour lui faire un câlin de réconfort hein…).
Il ne faut jamais se fier aux apparences et c’est la cruelle leçon qu’apprendra Mac tout au long de ses mésaventures.

Cette saga est une ôde au gris qui fait réfléchir et nous montre qu’un comportement destructeur conduit inéluctablement à la destruction: en se battant, les faës ont détruit leur monde, comme les humains sont en train de détruire le leur sans même en avoir conscience… aussi, les faës sont-ils vraiment plus « nuisibles » que les Hommes?
Dans le même registre, quelle est vraiment une attitude honorable et sincère? Se comporter comme nous l’inculque un système de valeurs « civilisées » et artificielles forgé par des siècles d’évolution ou un retour à l’instinct, en respect avec ce que l’on est au fond de soi?

C’est ainsi l’habileté de l’auteure à jouer avec nos nerfs, nos certitudes et nos suppositions (qui au final se sont presque toutes avérées illusoires dans mon cas, chose qui m’arrive assez rarement) qui rend l’histoire aussi palpitante: les choses ne sont jamais figées et rien n’est joué d’avance, personne n’inspire vraiment confiance et si on n’est pas capable de se remettre en question, on ne survit pas. Bref, on se sent perdu et désemparé du début à la fin, comme Mac.
Les seuls bémols que je pourrais apporter (car nul n’est parfait) c’est, d’une part, que sur les derniers tomes il y a un peu de trop de scènes de sexe à mon goût et qui n’étaient pas forcément toutes justifiées pour l’histoire. Et d’autre part, le fait que le druidisme soit clairement assimilé à la magie noire. (on va dire que c’était un parti pris de l’auteure)
Le fait que la narration saute de Mac à Dani sans crier gare était aussi un peu perturbant parfois. J’imagine que l’auteure préparait le terrain pour la suite à venir…

Quand j’ai commencé à lire ces chroniques, je ne m’attendais pas à une telle évolution de l’histoire ou des personnages et même si je ne suis pas habituellement fan des univers post-apocalyptiques ou autres choses du genre, c’est amené ici d’une telle façon qu’arrivée à la fin du tome 5, je n’ai qu’une chose à dire: ENCORE!

Bilan: 

Je pense que vous aurez compris que j’ai été complètement envoûtée par cet univers et que je suis frustrée que cela soit « déjà » terminé, notamment parce qu’un certain nombre de questions restent en suspens. (mon mari ne serait sans doute pas d’accord avec moi, il commençait à se lasser que j’éteigne la lampe à 3h du matin tellement je ne parvenais pas à lâcher mon livre… aller, juste un petit chapitre de plus… ^_^)

J’attends donc avec impatience la « suite » puisque dans les mois qui viennent sortira « Les chroniques de Dany Mega O’Malley – 1 – Iced » chez J’ai Lu.
En attendant, je patienterai en m’attaquant à la série des Highlanders qui se déroule dans le même univers et conte l’histoire de personnages apparaissant dans les Chroniques de MacKayla Lane.

Je tiens aussi à remercier Clo de m’avoir poussée à lire cette série. 🙂

Note Globale: 19/20

[Reportage]Arte – Thema – Le livre selon Google

lelivreselongoogle

Le 2 Avril dernier, dans le cadre de son programme « Thema », Arte a diffusé un reportage assez intéressant sur la politique de Google Books.

Pour ceux qui ne connaîtraient pas le principe, depuis 2004, Google s’est lancé dans une vaste opération de numérisation dont l’objectif serait de numériser tous les ouvrages existants pour les réunir sur une vaste base de données. A ce jour, plus de 20 millions d’ouvrages ont déjà été numérisés.

Cependant, si quelques grandes universités américaines ont participé avec enthousiasme à ce projet de grande envergue, ce dernier n’est pas du goût de tous. Effectivement, d’une part, Google a bafoué à bien des égards les droits des auteurs et des éditeurs et d’autre part, la qualité des numérisations effectuées laisse parfois grandement à désirer. Se pose aussi la question du monopole de la culture et de l’information.
C’est pourquoi depuis 2005, plusieurs actions en justice ont été initiées contre le géant de Mountain View.

Ce reportage traite d’une part du projet et de son initiation par Google, mais aussi de ces actions en justice qui s’apparentent à la lutte de David contre Goliath. L’enquête traite aussi des dérives qui pourraient découler d’un tel pouvoir entre les mains d’une seule firme puisque comme le disait le philosophe Francis Bacon: « le savoir c’est le pouvoir ».

Le point de vu du reportage est assez clairement « contre » le géant, il est donc à relativiser. Néanmoins il regorge d’informations intéressantes et, pour ma part, j’ai beaucoup appris en le regardant.

Ce dernier n’étant plus disponible sur le replay de Arte, vous pourrez le retrouver scindé en deux parties sur Daily Motion:
Partie 1
Partie 2

[Lecture] Sidhe, tome1, La Diseuse d’ombres [Sandy WILLIAMS]

4e de Couverture:

McKenzie Lewis est différente : elle voit non seulement les faes mais elle a aussi le pouvoir de retrouver leur trace lorsqu’ils se téléportent. Capacité inestimable pour le roi des faes piégé dans une guerre sans merci contre de sanguinaires usurpateurs de trône. Mais lorsque McKenzie est enlevée par ces derniers, elle se trouve confrontée à un dilemme : faire confiance à Kyol, le maître d’armes du roi qu’elle aime en secret depuis dix ans, ou à Aren, le meneur des rebelles, qui tente de lui révéler le véritable visage de la cour…

Informations Pratiques:

  • Poche: 473 pages
  • Editeur : Bragelonne (25/01/2013)
  • Collection : Bit-lit
  • Version numérique

L’avis de la croqueuse de livres:

Etant un peu lassée par les nouvelles séries bit-lit, que je trouve redondantes et manquant d’originalité, c’est avec plaisir que je me suis lancée dans la lecture de Sidhe.
Effectivement, pas l’ombre d’un vampire ou d’un loup-garou dans cette série, mais uniquement des « faes », personnages oniriques très présents dans la culture populaire et la littérature depuis des siècles (on se souvient notamment du grand classique « Songe d’une Nuit D’été » de Shakespeare). Ici l’univers de ces fées est donc revisité, partant du principe que seuls certains humains peuvent les voir et qu’ils vivent dans une dimension parallèle à la notre.

Certains aspects de l’histoire sont un peu convenus: l’éternel triangle amoureux, la lutte intérieure de l’héroïne pour savoir qui sont les bons et qui sont les mauvais… Par ailleurs, l’héroïne est une oie blanche, candide au possible, ce qui est parfois assez irritant. J’espère que l’auteur saura la faire mûrir et évoluer dans les prochains tomes. Par contre je suis assez fan d’Aren et de certains autres des rebelles.
Malgré tout, la façon de traiter le thème est plutôt sympathique, notamment parce que l’auteur aborde le sujet de la tolérance (tolérance entre les rebelles et les autres faes, tolérance humains/faes…) qui est un fil conducteur durant tout cet opus.

La seule chose qui m’a dérangée était l’écriture: le roman est écrit à la première personne (ce qui est un leitmotiv dans ce type de littérature) et au présent. C’est surtout l’emploi du présent qui m’a perturbée, notamment dans les scènes d’action ou c’est un peu déconcertant. Je conçois l’intérêt de l’emploi du présent pour nous immerger d’autant plus dans l’univers de l’héroïne qui ne sait pas non plus ce qui se passera dans un futur plus ou moins proche, mais cela reste inhabituel et déroutant. J’ignore cependant s’il en est de même dans la VO ou si c’est un choix délibéré du traducteur, ce qui m’étonnerait tout de même.
Ceci dit, une fois qu’on s’habitue à cette écriture au temps présent, cela passe et on ne s’en rend même plus compte. Pour ma part, cela a simplement retardé mon immersion dans l’histoire.

Bilan: 

« Sidhe » me semble être une série plutôt prometteuse et je lirais la suite car je suis vraiment curieuse de voir comment l’auteure va faire évoluer ses personnages et l’histoire dans sa globalité.

Note globale: 15,5/20

[Lecture] Sarah Dearly – Tomes 1 & 2 [Michelle ROWEN]

sarahdearly

Tome 1: Mordue

4e de Couverture:

Dure semaine. Mon rendez-vous d’enfer venait vraiment de l’enfer et il m’a mordue ! Je suis devenue une vampire. Mais j’ai tout de même rencontré un homme ce soir-là. Il est sexy, il a six cents ans et il est suicidaire. Personne n’est parfait, pas vrai ? Nous avons passé un marché : il m’apprend les ficelles du monde des vampires et je l’aide à se tuer. Bon, c’est pas gagné avec un immortel, mais je sais que je peux le convaincre que la vie vaut la peine d’être vécue, avec moi de préférence ! Sauf que pas mal de gens veulent nous faire la peau, à commencer par ces chasseurs de vampires, ces crétins qui ne comprennent rien à rien. Enfin bon, si tout se passe comme prévu, j’aurai un cavalier au mariage de ma cousine !

Informations Pratiques:

  • Poche: 446 pages
  • Editeur : Milady (20/08/2010)
  • Collection : Bit-Lit
  • Version numérique

Tome 2: Accro

4e de Couverture:

Je m’appelle Sarah Deardy et je viens d’être changée en vampire. Il n’y a hélas pas de désintox pour ça… . Cela fait à peine un mois, mais je suis déjà à l’origine d’une guerre entre les paisibles buveurs de sang et une bande de chasseurs sociopathes qui m’a surnommée « la tueuse de Tueur ». En plus, mon merveilleux petit ami de six cents ans a décidé que la différence d’âge n’était pas le seul problème entre nous, et mon pote sexy en profite pour transformer nos cours d’autodéfense en flirts torrides. Trop c’est trop! Il y a un moment où une vampire doit prendre sa vie en main pour obtenir ce qu’elle veut. C’est ce que je ferai dès que j’aurais trouvé de quoi il s’agit…

Informations Pratiques:

  • Poche: 416 pages
  • Editeur : Milady (19/12/2010)
  • Collection : Bit-Lit
  • Version numérique

L’avis de la croqueuse de livres:

Ces deux opus font partie de mes achats faits à l’occasion des opération à 0,99cts€ de Milady.
Je les ai pris, attirée par la promesse d’une lecture légère, ce qui n’est pas toujours donné en Bit-lit.
J’avoue avoir eu beaucoup de mal à accrocher… aussi, le tome 1 terminé, je me suis attelée au tome 2 sans grand enthousiasme.
La lecture n’est pas déplaisante et se fait rapidement. Mais globalement, j’ai trouvé les personnages ternes et inconsistants, le scénario un peu boiteux et l’humour plutôt fadasse.
Sarah m’a tapé sur les nerfs du début à la fin. On aurait pu penser qu’elle évoluerait de façon positive, gagnerait en maturité en même temps qu’en pouvoir? Et non… Quand à son pendant masculin, il ennuyeux et je ne lui ai trouvé aucun charisme. Je ne m’étendrais pas non plus sur les personnages secondaires qui sont aussi improbables que casse-pieds…
Quand au scénario, il ne m’a pas vraiment tenue en haleine et l’humour m’a laissée de glace car il n’était pas naturel (on le sentait forcé).

Bilan:

Bref, vous l’aurez compris, je n’ai pas accroché à cette série. J’aime l’humour dans la bit-lit ou l’urban fantasy et à mon sens, un certain nombre de séries excellent dans ce domaine, mais ce n’est pas le cas de celle-ci. A vouloir être trop drôle et légère, on perd tout intérêt tant pour les personnages que pour l’histoire.
Je ne poursuivrais donc pas. 🙂

Note globale: 8/20