Archives pour l'étiquette livre

[Lecture] Nightside, T1 – Vieux démons – [Simon R. GREEN]

 Nightside, T1 - Vieux démons - Simon R. Green

4e de Couverture:

Je m’appelle Taylor, John Taylor. Ma carte de visite dit que je suis un détective privé, mais en fait je suis plutôt un expert pour retrouver les objets perdus. Cela fait partie du don avec lequel je suis né, dans le Nightside. J’en suis parti il y a pas mal de temps, pour sauver ma peau et ce qu’il me restait de raison. Aujourd’hui, je gagne ma vie dans les rues ensoleillées de Londres. Mais ces derniers temps, les clients se font rares. Aussi, lorsque Joanna Barrett a débarqué dans mon bureau, suintant la richesse par tous les pores de sa peau, pour me demander de retrouver sa fille qui avait fait une fugue, je n’ai pas pu dire non. C’est alors que j’ai découvert où sa fille s’était barrée. Dans le Nightside : deux kilomètres carré d’enfer en plein cœur de Londres, un endroit où il est toujours trois heures du mat’ ; où l’on croise des mythes à tous les coins de rue ; où l’on peut boire un pot avec un monstre. Rien n’y est comme il parait et tout y est possible. J’avais juré de ne jamais y remettre les pieds. Mais une jeune fille est en danger, et sa mère compte sur moi. Alors je n’ai pas le choix : il faut que je rentre à la maison…

Informations Pratiques:

  • Poche: 253 pages
  • Editeur : Bragelonne (18/12/2010)
  • Collection : /
  • Version numérique

L’avis de la croqueuse de livres:

Un livre dans la lignée des « Dossiers Dresden » de Jim Butcher: un anti-héros au passé mystérieux qui n’a aucune envie que qui que ce soit se repose sur lui.
C’est un peu un leitmotiv dans l’Urban Fantasy, les héros masculins y sont souvent des détectives blasés qui ont déjà un fort passif derrière eux. Par opposition aux romans dont les héroïnes sont des femmes, souvent jeunes et inexpérimentées qui découvrent leurs capacités au fil des pages, nous avons donc ici un personnage principal loin d’être naïf, qui se blinde contre toute forme d’émotion.

Cependant, ce héros a le complexe du « chevalier servant », il ne peux pas résister à une dame en détresse. Et c’est ce qui le décide à retourner dans le NigthSide, la face sombre de Londres… un quartier accessible sous certaines conditions qui abrite des créatures plus effrayantes les unes que les autres (et les plus terribles ne sont pas forcément celles qui en ont l’air…) et où même la loi de la jungle fait pâle figure…
On apprend au fil de la narration que John Taylor est originaire de ce quartier et que pour une raison que même lui ignore, il est craint par la majorité de la population qui hante le Nightside et recherché par celle qui reste… et ce n’est pas ce premier tome qui apportera de véritable réponses au pourquoi du comment.

Ceci dit, on ne s’ennuie pas pour autant, au contraire, je n’ai pas vu venir une bonne partie des rebondissements qui ont jalonné l’ouvrage et la fin m’a complètement surprise.
J’ai pris beaucoup de plaisir à lire ce livre, un peu sombre, narré un peu comme le ferait un privé des années 50 qui ne mâche pas ses mots. Le Nightside recèle aussi des mystères que l’auteur nous donne envie de percer et son lot de personnages énigmatiques et magnétiques dont on a pas forcément envie de connaître la nature profonde mais qui n’en restent pas moins intriguants.

Bilan: 

Comme je n’aime pas rester sur ma faim, il est évident que je lirai la suite de cette série, même si elle n’est pas en tête de ma PAL (Pile à Lire).

Note globale: 13/10

 

 

[Lecture] Les Chemins de Camelot, Tome 2 : L’honneur de Camelot [Sarah ZETTEL]

 4e de Couverture:

Elen est une jeune guérisseuse et la fille d’un chef gallois.

Elle brûle de venger le massacre des siens perpétré par Urien, l’amant de la sorcière Morgaine. Celle-ci a juré la disparition du clan de la jeune femme afin d’empêcher toute alliance avec son demi-frère, le roi Arthur. Mais Elen n’aura de cesse de réclamer justice. Et elle devra faire appel à tout son courage et à toute sa détermination si elle veut affronter la plus puissante sorcière de l’Île de Bretagne ! Heureusement, la noble demoiselle n’est pas seule: pour l’honneur de Camelot, le chevalier Geraint va voler à son secours !

Informations Pratiques:

  • Poche: 435 pages
  • Editeur : Milady (1er Janvier 2011)
  • Collection : Fantasy
  • Version numérique

L’avis de la croqueuse de livres:

Etant donné que j’ai apprécié le tome 1, j’ai aussi tôt foncé sur le tome 2 de cette quadrilogie.

C’est donc ici le deuxième tome d’une série de 4 livres reprenant tous les légendes de la Table Ronde dont les héros ne sont ni Merlin, ni Arthur ou encore Lancelot, mais les 4 Neveux d’Arthur: Gauvain, Geraint, Gareth et Agravain. Chaque tome reprend l’histoire de l’un des frères.

Ce second tome traite de l’histoire de Geraint. Chevalier un peu effacé par rapport ses deux ainés, Gauvain et Agravain, il est à la recherche de la reconnaissance de ses pairs, considérant qu’il n’a été admis à la table ronde que parce qu’il est le neveu du roi Arthur.

Alors déjà, pour commencer, le résumé correspond moyennement à l’histoire.
En effet Elen est une guérisseuse (sage-femme en fait) et fille d’UNE chef de clan. Ce qui a son importance étant donné que dans la culture de la jeune femme (des peuplades qui ne sont pas encore alliées à Camelot), il n’est pas rare que les femmes soient émancipées et gouvernent, chose parfaitement admise (j’avoue que ça a fait vibrer ma fibre féministe ^_^). Ce qui m’a un peu plus perturbée est sans doute le fait que Morgane est dénommée Morgaine dans ce second tome (sans doute une faute d’attention au niveau de la traduction. Les deux dénominations sont justes, mais j’aurais trouvé plus logique de lui conserver le même nom dans tous les tomes pour ne pas perdre le lecteur).
Désolée par avance des dimensions astronomiques de mon spoiler, mais sur ce livre il est très difficile de parler de l’histoire sans donner des informations clés tellement il y en a tout au fil de l’histoire.

[spoiler] Au début du tome, on voit un forgeron qui passe un pacte avec quelqu’un qui ressemble furieusement à un elfe. Cela se passe quelques siècles avant le récit, mais cela a son importance pour la suite).

A l’époque qui nous intéresse, la mère de la jeune Elen reçoit des émissaires du Roi Arthur qui souhaitent parlementer pour s’allier la tribu qu’elle dirige. Dans cette délégation se trouve le chevalier Geraint, mais si nos deux héros semblent troublés l’un par l’autre, ils n’ont encore aucun contact. 

Urien, chef d’une tribu voisine et amant de Morgane (franchement, je ne vois pas ce qu’une femme aussi puissante peut trouver à un animal pareil, mais bon, passons…), ne voit pas cela d’un bon œil et à peine la délégation d’Arthur partie, il décime la tribu d’Elen. 
Celle-ci en réchappe car cette nuit là, elle était dans l’autre monde en train d’aider la Reine des Elfes à accoucher. Lorsqu’elle revient chez elle, son monde s’est écroulé et elle ne pense plus qu’à une chose: la vengeance. 
En souhaitant aller retrouver Arthur pour lui demander son aide, elle fait la rencontre de Morgane qui sent que la jeune femme a un grand pouvoir. Pour l’empêcher de lui nuire, plutôt que de la tuer (ça aurait été trop simple, hein? ^^) elle lui arrache le cœur et l’abrite dans un faucon. Le destin de la jeune femme est alors désormais étroitement lié à celui de l’oiseau: quiconque possède le faucon peut imposer sa volonté à Elen – et si cette dernière s’éloigne trop du volatile, elle risque de perdre la raison.

Privée de sa liberté, mais faisant encore preuve d’une volonté sans failles, c’est alors qu’Elen fait appel au sang qui coule dans ses veines pour appeler à l’aide Merlin qui est en fait un lointain parent (oui, c’est tiré par les cheveux, j’avoue).

Merlin fait alors part de ce qu’il a appris à Arthur et ses neveux. 
Au passage on a le droit à quelques révélations sur la famille et on apprend aussi que Rhian, héroïne du tome 1 mariée avec Gauvain attend un heureux événement. 

A partir de ce moment là, Geraint décide d’aller à son secours, accompagné de l’opiniâtre Agravain (aussi appelé le « rabat-joie de service »). 

Par un concours de circonstances, Geraint et Elen se retrouvent mariés et parviennent à s’enfuir du joug de Urien, Elen ayant retrouvé une certaine autonomie en devenant maîtresse de son faucon mais devenant au fil des pages aussi sauvage que lui. 
S’en suivent un certain nombre d’aventures et puis arrive la plus grosse partie de l’histoire lorsqu’ils se retrouvent prisonniers d’un allié/ennemi de Morgaine, Le Petit Roi.
J’avoue que du début j’ai trouvé que ce gars n’était pas très net et la suite m’a plutôt donné raison.
L’histoire étant vraiment très complexe donc je ne développerai pas d’avantage, sachez juste que Elen découvrira une partie de l’étendue de ses pouvoirs, qu’elle reverra son ancêtre, et que Geraint fera ses preuves comme chevalier.

A noter au niveau des personnages:
– Elen en lutte avec les instincts prédateurs que lui insuffle le faucon
– Geraint qui craint que sa belle n’apprenne son lien de parenté avec Morgaine et ne lui tourne le dos à cause de cela. -> Cela arrivera en partie. 

Au final, tout est bien qui finit bien: les méchants (Le petit Roi et Urien) meurent, la Grande Méchante (Morgaine) rumine sa future vengeance et les héros (Geraint et Elen) sont sains et sauf et sont mariés pour de bon. 

Par contre on ne sait pas s’il retournent au palais ou s’ils restent dans le village d’Elen pour le reconstruire.. ça manque un peu d’épilogue tout ça…  [/spoiler]

Bilan: 

 Je ne sais pas ce que fume l’auteure, mais ça a l’air d’être assez costaud parce qu’elle part dans des délires parfois (souvent?) assez difficiles à suivre et a réussi à me perdre entre des détails historiographiques ou mythologiques avérés et ses propres inventions. Elle arrive à réinventer l’histoire de la table ronde avec un certain talent, mais cela reste tout de même très particulier et il est clair que tout le monde n’appréciera pas.

Dans ce tome, on voit un peu plus Agravain et j’avoue être assez curieuse de lire le tome qui lui sera consacré pour comprendre pourquoi il est aussi irritant.
A coté de ça, la trame avec Morgane se tisse d’avantage même si on ne voit pas de lien évident avec le premier tome. Ici elle agit beaucoup directement alors que dans le tome 1 elle le faisait via des intermédiaires, aucune trace non plus ici de son fils. Si dans le tome 1 elle était présentée comme une matriarche aimante, dans ce tome ci, c’est une amante impulsive. Au même niveau, je trouve un manque de cohérence dans son caractère. Elle semble beaucoup moins posée et calculatrice que dans le tome1.

Et comme dans le premier tome je regrette le manque d’épilogue vraiment satisfaisant où l’on voit ce qu’il advient des héros. Peut-être quelques bribes à venir dans le tome 3…

Note globale: 13,5/20

 

[Lecture] Les Chemins de Camelot, Tome 1 : L’Ombre de Camelot [Sarah ZETTEL]

Les Chemins de Camelot, Tome 1 : L'Ombre de Camelot

 4e de Couverture:

A dix-neuf ans la belle Rhian est en âge de se marier, mais aucun prétendant ne trouve grâce aux yeux de son père. Pour sauver la vie de sa mère, il l’a promise à un sorcier !

Rhian refuse d’être sacrifiée. Armée de son arc et de son courage, elle prend les rênes de son destin et s’enfuit.

Bien vite le danger surgit sur sa route. Le chevalier Gauvain, filant à bride abattue vers Camelot pour avertir son souverain des menaces de guerre, lui porte secours. Ensemble, ils se lancent à l’aventure pour sauver l’âme de Rhian… et le royaume.

Informations Pratiques:

  • Poche: 408 pages
  • Editeur : Milady (21 Aout 2009)
  • Collection : Fantasy
  • Version numérique

L’avis de la croqueuse de livres:

Je n’aurais jamais eu l’idée d’aller acheter ce livre sans une promotion de Milady sur une partie de sa collection. A cette occasion, j’en ai profité pour acheter une cinquantaine de e-book… inutile de dire que ma PAL est encore plus monstrueuse maintenant. Mais qu’importe. En ce qui concerne ce titre là, je n’ai aucun regret.

C’est ici le premier tome d’une série de 4 livres reprenant tous les légendes de la Table Ronde mais sous un angle assez intéressant. En effet, ici les héros ne sont ni Merlin, ni Arthur ou encore Lancelot, mais les 4 Neveux d’Arthur: Gauvain, Geraint, Gareth et Agravain. Chaque tome reprend l’histoire de l’un des frères.

Ce premier tome concerne Gauvain, qui est probablement le plus connu dans notre culture populaire. Mais il n’est pas seul en tête d’affiche. En effet, Sarah Zettel a visiblement pris le parti de trouver des alter-ego féminins au caractère bien trempé à ces chevaliers de légende.

Ainsi, on retrouve une héroïne qui se conforte aux stéréotypes de son époque (se marier) tout en s’insurgeant contre sa condition (elle refuse d’obéir à son père qui a promis de l’offrir à un sorcier). J’avoue que j’ai bien aimé le personnage de Rhian. Mais Gauvain n’est pas en reste en chevalier qui semble sûr de lui mais cache en fait de profondes blessures.

On découvre aussi les personnages de Agravain (j’ai hâte d’en apprendre d’avantage sur cet austère chevalier) et de Morgane la Fée qui a ici un traitement qui m’intrigue puisqu’elle apparaît comme une souveraine aimée de ses suivants alors que dans la majorité des versions de la légende, elle est un personnage relativement solitaire.

Je trouve la façon dont l’auteure a repris les légendes arthuriennes tout en les mâtinant d’un peu d’Histoire (romaine, byzantine) assez intéressante. Cependant j’aurais aimé quelques chapitres de plus car la fin est un peu brusque. Pas d’épilogue pour savoir ce qu’il advient des personnages principaux et secondaires. Pour ça je suis restée un peu sur ma faim.

Bilan: 

Au final, une histoire agréable qui reprend la mythologie arthurienne de façon intéressante. Le style de l’auteure est sans prétention, mais plutôt plaisant.

Par contre je pense qu’il est bon d’avoir quelques notions d’histoire et sur les chevaliers de la table ronde pour ne pas passer à côté de détails qui ont leur importance.

Note globale: 15/10

[Lecture] Les Chroniques des Gardella, tome 1 : Chasseurs de vampires [Colleen GLEASON]

Les Chroniques des Gardella, tome 1 : Chasseurs de vampires

4e de Couverture:

A chaque génération, un membre de la famille Gardella doit assumer la lourde responsabilité de l’héritage familial : cette fois, c’est Victoria Gardella qui devient « Vénatore », chasseuse de vampires. Dans le Londres de l’époque victorienne, la jeune femme se révèle une redoutable adversaire des créatures des ténèbres. Jusqu’au jour où une passion dévastatrice s’en mêle.

Victoria se retrouve écartelée entre son devoir familial et le célibataire le plus en vue de la capitale, le fascinant marquis Philip de Rockley. A l’heure d’affronter le vampire le plus puissant de toute l’Histoire, Victoria va devoir choisir entre son devoir et ses sentiments…

Informations Pratiques:

  • Poche: 410 pages
  • Editeur : City Editions (6 juin 2012)
  • Collection : City poche
  • Version papier

L’avis de la croqueuse de livres:

J’avoue que j’ai été globalement assez déçue par ce livre, tant sur le fond que sur la forme.

Tout d’abord sur la forme:

A mon sens ce livre n’est pas à classer dans la littérature jeunesse (je l’ai trouvé dans le rayon littérature enfant/jeunesse chez Decitre) – même si ce n’est pas omniprésent, il y a tout de même des scènes assez crues qui pourraient choquer les plus jeunes.
L’Editeur a fait un travail excecrable: fautes en pagaille, coquilles, mise en page plus qu’approximative, erreurs de traduction… bref, catastrophique. A plusieurs reprises cela a failli m’empêcher de terminer ce livre… Cela me semble plutôt limite de la part d’un éditeur comme Hachette…

Ensuite au niveau du fond:

L’idée de base est plutôt bonne, notamment le fait que l’action se déroule à l’époque victorienne. Je regrette toutefois les descriptions un peu brouillonne. Au niveau du vocabulaire par contre on remarque de certains efforts. Cependant, je pense que la traduction a sans doute quelques lacunes car il y a de nombreuses redondances au niveau du vocabulaire, ce qui donne parfois des passages un peu lourds.
L’histoire en elle même est assez sympathique. La fin est un peu convenue mais sans doute indispensable pour l’évolution de l’héroine.
Les personnages: je trouve dommage que les personnages n’aient pas été plus travaillés. Il y a aussi des incohérences dans certaines scènes et dans les personnalités même des protagonistes. Comme Victoria qui est tantôt très mature et consciente de sa mission, tantôt futile et inconsistante. Les personnages de Eustacia et Max auraient pu être très intéressants si on en avait su un peu plus. Peut-être est-ce le cas dans les tomes suivant, mais ici on laisse trop de choses en suspend pour donner véritablement envie de lire la suite. On a aussi une différence un peu trop marquée entre ces personnages de l’ombre (le petit groupe des chasseurs de Vampires) et ceux de la haute société anglaise (la mère de Victoria et ses amies sont assez irritantes à la longue…)
Ce que j’aurais aimé: avoir plus de détails sur la communauté des Venatores et qu’on explique d’avantage ce qu’est une Vis Bulla. Je regrette aussi le fait que l’héroine n’ai pas plus de difficulté que cela à affronter des Vampires qui sont sensés être plus puissants que le vampire de base (les Gardiens) alors qu’elle n’a qu’une dizaine de ces créatures sur son tableau de chasse.

Bilan:

Au final, un livre qui se lit plutôt bien, une histoire assez agréable mais sans grande surprise. Je ne suis pas certaine de lire la suite. Surtout par crainte de retrouver un travail d’édition aussi baclé que dans ce tome 1.

Note globale: 12/20

[Lecture] La Trilogie des Lames du Cardinal [Pierre PEVEL]

 Tome 1 – Les Lames du Cardinal

La Trilogie des Lames du Cardinal - Pierre PEVEL

 Résumé: 

Paris, an de grâce 1633. Louis XIII règne sur la France et Richelieu la gouverne.

Le Cardinal, l’une des personnalités les plus puissantes et les plus menacées de son temps, doit sans cesse se garder des ennemis de la Couronne. L’espionnage, l’assassinat, la guerre, tout est bon pour parvenir à leurs fins… et même la sorcellerie, qui est l’œuvre des plus fourbes adversaires du royaume : les dragons !
Ces redoutables créatures surgies de la nuit des temps se dissimulent parmi les humains, ourdissant de sombres complots pour la reconquête du pouvoir. Déjà la Cour d’Espagne est tombée entre leurs griffes…
Alors, en cette nuit de printemps, Richelieu décide de jouer sa carte maîtresse. Il reçoit en secret un bretteur exceptionnel, un officier dévoué que la trahison et le déshonneur n’ont pourtant pas épargné : le capitaine La Fargue. Car l’heure est venue de reformer l’élite secrète qu’il commandait jadis, une compagnie d’aventuriers et de combattants hors du commun, rivalisant d’élégance, de courage et d’astuce, ne redoutant nul danger.
Les Lames du Cardinal !

 Infos pratiques 

  • Broché: 304 pages
  • Editeur : Bragelonne (1er Janvier 2008)
  • Collection : Fantasy
  • Version ebook

 Tome 2 – L’Alchimiste des Ombres

La Trilogie des Lames du Cardinal - Pierre PEVEL

 Résumé:  

Paris, 1633. Les dragons menacent le royaume.

Surgis de la nuit des temps, ils sont avides de pouvoir et décidés à restaurer leur règne absolu. Usant de sorcellerie, ils ont pris apparence humaine et créé une puissante société secrète, la Griffe noire, qui conspire déjà dans les plus grandes cours d’Europe.
Pour déjouer leurs sinistres complots, Richelieu a reformé son unité d’élite, une compagnie clandestine d’aventuriers et de duellistes rivalisant de courage, d’élégance et d’astuce. Six hommes et une femme aux talents exceptionnels prêts à braver tous les dangers et à risquer leur vie pour la Couronne : les Lames du Cardinal.
Mais alors qu’ils ont rendez-vous, par une nuit d’orage, avec une espionne italienne aussi belle que dangereuse qui prétend détenir les clés d’un complot à venir, ils sont loin d’imaginer l’ampleur de la tragédie qui va s’abattre sur la France et les obliger à affronter leur plus terrible adversaire : l’Alchimiste des ombres…

 Infos pratiques:

  • Broché: 304 pages
  • Editeur : Bragelonne (18 juin 2009)
  • Collection : Fantasy
  • Version ebook

Tome 3 – Le Dragon des Arcanes

La Trilogie des Lames du Cardinal - Pierre PEVEL

 Résumé:

Paris, 1633. Les dragons menacent le royaume.
Surgis de la nuit des temps, ils sont décidés à restaurer leur règne absolu. Usant de sorcellerie, ils ont pris apparence humaine et créé une puissante société secrète, la Griffe noire, qui conspire dans les plus grandes cours royales d’Europe.
Pour déjouer leurs complots, Richelieu dispose d’une compagnie d’aventuriers et de duellistes rivalisant de courage, d’élégance et d’astuce. Des hommes et une femme aux talents exceptionnels, prêts à braver tous les dangers et à risquer leur vie pour la Couronne : les Lames du Cardinal.
Mais alors qu’ils approchent du Mont-Saint-Michel à la faveur de la nuit, ils savent que le prochain défi pourrait être le dernier. Car, outre les plans de leurs ennemis, il va leur falloir percer les secrets de l’ordre des Soeurs châtelaines qui réside en ces lieux sacrés. Cette fois le courage et la loyauté ne suffiront pas. Rapière au poing, les Lames devront se résoudre à tout sacrifier s’ils veulent sauver Paris de la destruction.

Infos pratiques 

  • Broché: 320 pages
  • Editeur : Bragelonne (17 septembre 2010)
  • Collection : Fantasy
  • Version ebook

L’avis de la croqueuse de livres:

J’ai adoré les deux premiers tomes. J’ai été un peu plus mitigée sur le 3e.

La forme: 

3 tomes, 3 histoires indépendantes. Mais il est quand même indispensable d’avoir lu les  tomes précédents pour bien comprendre les enjeux et les évolutions des personnages.
Ceci dit, le découpage est plutôt approprié et les évènements suivent une logique tout à fait pertinente.
Les livres sont merveilleusement bien écrits et le découpage des chapitres en version ebook est tout à fait correct.

Le fond: 

Si vous avez aimé les Trois Mousquetaires de Dumas et que vous êtes fans de fantasy, ce livre est pour vous.
Pierre Pevel est un auteur qui se documente sans doute beaucoup avant de se lancer dans un ouvrage car ses descriptions de Paris et de la vie de l’époque sont précises et réalistes, jusque dans les détails scabreux (foi d’historienne). Par ailleurs, on retrouve des faits historiques réels mêlés à la fiction de façon très habile (voir des dragons à coté de Richelieu parait presque naturel, c’est dire) et c’est avec plaisir que l’on croise au détour des pages des figures emblématiques des romans de cape et d’épée: D’Artagnan, Athos, monsieur de Treville… et il y a même une explication fort intéressante au Masque de Fer.
Les personnages sont plaisants. Personnellement j’ai eu un très gros faible pour Saint Lucq (j’aime les hommes mystérieux… Mais j’avoue que je suis un peu restée sur ma faim, j’aurais apprécié d’en apprendre d’avantage sur lui) et Marciac le charmeur qui a maintes fois apporté une touche de comique non superflue.
Les deux premiers tomes sont juste formidables, je les ai dévorés en un rien de temps. De l’action, la découverte des personnages, la trame qui se met en place. Ici les Dragons sont abordés d’une façon très interessante: ce sont des descendants des grands Dragons tels qu’on les connait et ils ont subi la même décadence que l’on voit dans la plupart des grandes civilisations. Ils sont retors, ambitieux, cruels et sûrs de leur supériorité sur les Humains. On a aussi de nombreuses déclinaisons de créatures découlant des Dragons: dragonnets, Wyvernes, Dracks… Et le mélange est heureux.
Pour le troisième tome, je suis un peu plus mitigée:

Attention Spoiler (surlignez à l’aide de votre souris pour lire le texte)

Il y a une véritable hécatombe parmi les Lames. 
Avant même le début du tome, Amaldes se fait tuer. Certes. Au cours du tome, deux autres lames trouveront la mort. J’avoue que je suis une grande sensible, mais je n’aime pas quand des personnages que j’aime bien passent à trepas. 

Je n’ai pas non plus apprécié le traitement réservé à Agnès. Même si on pouvait déjà le subodorer dans les tomes précédents. 
Quand à la fin, je l’ai trouvée un peu trop rapide. Le « boss final » est vaincu presque trop facilement. Et j’aurais apprécié un épilogue un peu plus conséquant. Mais ça c’est parce que lorsque j’aime un livre, j’ai toujours un mal fou à me séparer des personnages et à me résoudre à le remettre dans mes rayonnages…

fin du spoiler

Bilan: 

Que dire d’autre à part que j’ai adoré? En même temps Pierre Pevel m’avait déjà émerveillée avec les « Enchantements D’Ambremer » et j’avoue que je n’ai pas été déçue de m’être lancée dans les aventures des Lames.
Incontestablement un très bon livre que je conseillerai sans problème.

Note globale: 17,5/20