Archives pour l'étiquette Pierre Pevel

[Lecture] Rue Farfadet: Les extraordinaires et fantastiques enquêtes de Sylvo Sylvain, détective privé. [Raphaël ALBERT]

51HGrpF6E5L._

4e de Couverture:

Panam, dans les années 1880 : les humains ont repris depuis longtemps la main sur les Peuples Anciens. Sylvo Sylvain a posé son havresac dans la rue Farfadet, gouailleuse à souhait. Chapeau melon vissé sur le crâne, clope au bec, en compagnie de son fidèle ami Pixel, il exerce la profession exaltante de détective privé et les affaires sont nombreuses ! Des adultères à photographier, des maris jaloux, des femmes trompées, etc. Ni très rémunérateur, ni très glorieux que tout ceci. Alors, Sylvo fréquente assidûment les bars, les cafés et les lieux de plaisir en tout genre où son charme envoûte ces dames…
Jusqu’au jour où, lors d’une banale enquête de routine, il se trouve mêlé à une machination dépassant l’entendement. Le voilà, bien malgré lui, chargé de l’affaire par l’un des trois puissants ducs de Panam. Saura-t-il tirer son épingle de ce jeu compliqué et dangereux ?

Informations Pratiques:

  • Volume: 280 pages
  • Editeur :  Editions Mnémos (6 juin 2013)
  • Collection : Helios
  • Version électronique

L’avis de la croqueuse de livres:

Dans une quête entamée depuis l’année dernière de découvrir de nouveaux auteurs français et de mieux connaître certaines maisons d’édition spécialisées dans la SFFF, j’ai parcouru le catalogue des Éditions Memnos et j’ai flashé sur ce livre qui vient de sortir en poche (il a déjà été édité en version brochée en 2010).

Me voilà donc à découvrir un Paris alternatif, rebaptisé Panam, à la fin du XIXe. L’auteur prend audacieusement le parti de nous présenter une uchronie reposant sur quelques modifications non négligeables de l’Histoire, comme l’immersion des créatures fantastiques dans les rues de la Capitale. Ainsi, entre les centaures taxis, cheminent des nains, des gobelins, farfadets et autres petites gens qui bien loin des contes de fées se parent ici de tous les travers du poulbot de base et d’une verve digne d’un Gavroche.
Panam est une ville grouillante, magnifique et détestable, où la révolte tantôt murmure tantôt gronde. C’est dans ce décor que l’on retrouve un elfe échoué là après son bannissement de sa forêt natale: Sylvo Sylvain, accompagné de son fidèle et minuscule ami, Pixel.
Sylvo, un antihéros, un peu trop porté sur la bouteille, qui aurait pu rivaliser avec les figures du roman noir des années 50, se retrouve malgré lui embringué dans une sale histoire qui mêle politique, argent, mafia. Ne cherchant qu’à sauver sa peau mais sans pour autant arriver à se détacher complètement d’une certaine envie de faire ce qui est juste, il va rencontrer une galerie de personnages, hauts en couleurs ou non, et se prendre aussi quelques gnons au passage.

J’avoue avoir été charmée par la plume de l’auteur qui est pour moi du même acabit que celle de Pierre Pevel, ce qui, vu ma grande admiration de cet écrivain, n’est pas peu dire.
Je ne suis pas une passionnée de polar, et c’est clairement ce que nous avons ici puisque l’on y retrouve tout ce qui donne son âme au polar hardboiled, mais j’ai malgré tout bien accroché grâce au côté urban fantasy tant les choses sont bien décrites.
Effectivement, en nous baladant de Mygale à la butte Momie en passant par les rives de la Veine, Raphaël Albert nous dépeint un Panam pittoresque et attachant (et pourtant je ne suis pas une grande fan de Paris), enchaînant les clins d’œil à un rythme tel que j’en ai certainement manqué beaucoup. J’ai particulièrement aimé les jeux de mots sur les noms de certains personnages.
Bref, plus que pour l’intrigue, j’ai eu un véritable coup de cœur pour le style d’écriture et de narration de l’auteur.
En ce qui concerne l’histoire, l’enquête se déroule sur plusieurs niveaux, empêchant ainsi d’en deviner trop rapidement le dénouement, pour mon plus grand plaisir. L’intrigue est solide et bien menée et même en n’étant pas amatrice d’enquête policière, j’ai apprécié son déroulement, même si la fin m’a laissé un goût amer, sans doute suis-je trop fleur bleue… mais je n’en dirai pas d’avantage.

Passons plutôt aux personnages. Sylvo tout d’abord… comment ne pas aimer Sylvo? Il est charmant, charmeur, blasé et au final plutôt sensible sous sa carapace un peu grande-gueule. Il est plutôt attachant et on n’a qu’une envie: en apprendre plus sur son passé, trouble et certainement très douloureux pour le peu qu’on nous en dévoile. Seul élément tangible de ce passé qui le suit encore: Pixel, un petit bonhomme mélange entre la fée Clochette et Tom Sawyer, gouailleur et courageux, mais surtout, fidèle à Sylvo. Pixel est une adorable tête à claques, mais on sent que sans lui, Sylvo aurait sombré depuis longtemps.
Ces deux personnages un poil goguenards et cyniques apportent également un humour acide et rafraichissant qui confère à ce roman son originalité.
Je n’évoquerai pas les autres personnages pour ne pas risquer de spoiler, mais certains sont particulièrement délectables, tels Broons ou Harry.

Bilan: 

 Une merveilleuse plume, des personnages savoureux, une intrigue qui tient la route: Rue Farfadet tient ses promesses en réunissant tous les ingrédients qu’on attend d’un bon livre.
Inutile de dire que le tome 2 des aventures de Sylvo a rejoint ma PAL, même s’il n’est pas en haut de la pile. 😉

Note globale: 17,5/20

[L’extrait du moment] Les enchantements d’Ambremer – Pierre Pevel

« Les enchantements d’Ambremer » de Pierre Pevel

La mémoire est un ciment solide. Si solide et durable que la nostalgie survit parfois longtemps à l’amitié. Elle peut même s’y substituer et nous tromper. Combien de fois nous sommes nous aperçus trop tard que rien ne nous attachait désormais à tel ou telle, sinon le souvenir d’une époque évanouie?
Quand cette idée frappe, douloureuse, le temps paraît faire un bond et nous nous découvrons subitement face à un étranger que les hardes de sentiments défunts ont cessé de déguiser.
Cela, plus que les ans, fait que l’on vieillit. L’âge est le catalogue de nos désenchantements intimes.

La première fois que j’ai lu ce passage, il m’a prise aux tripes. Et c’est toujours le cas quand je le lis aujourd’hui. Ce qui y est dit est tellement vrai que ça serre le cœur  sans doute parce qu’il rappelle des sentiments douloureusement vécus… et ces sentiments sont clairement renforcé par la plume merveilleuse de l’auteur…

Vous retrouverez cet extrait durant environ un mois sur la page dédiée de l’Ancre de papier: ici.

[Evènement] Pierre Pevel au Dernier Bar Avant la Fin du Monde (Paris)

Oyez oyez amis parisiens!

Pierre Pevel sera en dédicace au Dernier Bar Avant la Fin du Monde  pour faire la promotion du premier tome de son nouveau cycle:  « Haut royaume« .

Rendez-vous est donc donné dans ce haut lieu d’expression des cultures de l’imaginaire, le 25 avril à 18h30 au 19 avenue Victoria, 75001 Paris.

Je n’ai, pour ma part, pas encore eu l’occasion d’aller visiter l’endroit, mais il est en tête de ma liste de choses à faire lors de ma prochaine escale dans la capitale.

[Lecture] La Trilogie des Lames du Cardinal [Pierre PEVEL]

 Tome 1 – Les Lames du Cardinal

La Trilogie des Lames du Cardinal - Pierre PEVEL

 Résumé: 

Paris, an de grâce 1633. Louis XIII règne sur la France et Richelieu la gouverne.

Le Cardinal, l’une des personnalités les plus puissantes et les plus menacées de son temps, doit sans cesse se garder des ennemis de la Couronne. L’espionnage, l’assassinat, la guerre, tout est bon pour parvenir à leurs fins… et même la sorcellerie, qui est l’œuvre des plus fourbes adversaires du royaume : les dragons !
Ces redoutables créatures surgies de la nuit des temps se dissimulent parmi les humains, ourdissant de sombres complots pour la reconquête du pouvoir. Déjà la Cour d’Espagne est tombée entre leurs griffes…
Alors, en cette nuit de printemps, Richelieu décide de jouer sa carte maîtresse. Il reçoit en secret un bretteur exceptionnel, un officier dévoué que la trahison et le déshonneur n’ont pourtant pas épargné : le capitaine La Fargue. Car l’heure est venue de reformer l’élite secrète qu’il commandait jadis, une compagnie d’aventuriers et de combattants hors du commun, rivalisant d’élégance, de courage et d’astuce, ne redoutant nul danger.
Les Lames du Cardinal !

 Infos pratiques 

  • Broché: 304 pages
  • Editeur : Bragelonne (1er Janvier 2008)
  • Collection : Fantasy
  • Version ebook

 Tome 2 – L’Alchimiste des Ombres

La Trilogie des Lames du Cardinal - Pierre PEVEL

 Résumé:  

Paris, 1633. Les dragons menacent le royaume.

Surgis de la nuit des temps, ils sont avides de pouvoir et décidés à restaurer leur règne absolu. Usant de sorcellerie, ils ont pris apparence humaine et créé une puissante société secrète, la Griffe noire, qui conspire déjà dans les plus grandes cours d’Europe.
Pour déjouer leurs sinistres complots, Richelieu a reformé son unité d’élite, une compagnie clandestine d’aventuriers et de duellistes rivalisant de courage, d’élégance et d’astuce. Six hommes et une femme aux talents exceptionnels prêts à braver tous les dangers et à risquer leur vie pour la Couronne : les Lames du Cardinal.
Mais alors qu’ils ont rendez-vous, par une nuit d’orage, avec une espionne italienne aussi belle que dangereuse qui prétend détenir les clés d’un complot à venir, ils sont loin d’imaginer l’ampleur de la tragédie qui va s’abattre sur la France et les obliger à affronter leur plus terrible adversaire : l’Alchimiste des ombres…

 Infos pratiques:

  • Broché: 304 pages
  • Editeur : Bragelonne (18 juin 2009)
  • Collection : Fantasy
  • Version ebook

Tome 3 – Le Dragon des Arcanes

La Trilogie des Lames du Cardinal - Pierre PEVEL

 Résumé:

Paris, 1633. Les dragons menacent le royaume.
Surgis de la nuit des temps, ils sont décidés à restaurer leur règne absolu. Usant de sorcellerie, ils ont pris apparence humaine et créé une puissante société secrète, la Griffe noire, qui conspire dans les plus grandes cours royales d’Europe.
Pour déjouer leurs complots, Richelieu dispose d’une compagnie d’aventuriers et de duellistes rivalisant de courage, d’élégance et d’astuce. Des hommes et une femme aux talents exceptionnels, prêts à braver tous les dangers et à risquer leur vie pour la Couronne : les Lames du Cardinal.
Mais alors qu’ils approchent du Mont-Saint-Michel à la faveur de la nuit, ils savent que le prochain défi pourrait être le dernier. Car, outre les plans de leurs ennemis, il va leur falloir percer les secrets de l’ordre des Soeurs châtelaines qui réside en ces lieux sacrés. Cette fois le courage et la loyauté ne suffiront pas. Rapière au poing, les Lames devront se résoudre à tout sacrifier s’ils veulent sauver Paris de la destruction.

Infos pratiques 

  • Broché: 320 pages
  • Editeur : Bragelonne (17 septembre 2010)
  • Collection : Fantasy
  • Version ebook

L’avis de la croqueuse de livres:

J’ai adoré les deux premiers tomes. J’ai été un peu plus mitigée sur le 3e.

La forme: 

3 tomes, 3 histoires indépendantes. Mais il est quand même indispensable d’avoir lu les  tomes précédents pour bien comprendre les enjeux et les évolutions des personnages.
Ceci dit, le découpage est plutôt approprié et les évènements suivent une logique tout à fait pertinente.
Les livres sont merveilleusement bien écrits et le découpage des chapitres en version ebook est tout à fait correct.

Le fond: 

Si vous avez aimé les Trois Mousquetaires de Dumas et que vous êtes fans de fantasy, ce livre est pour vous.
Pierre Pevel est un auteur qui se documente sans doute beaucoup avant de se lancer dans un ouvrage car ses descriptions de Paris et de la vie de l’époque sont précises et réalistes, jusque dans les détails scabreux (foi d’historienne). Par ailleurs, on retrouve des faits historiques réels mêlés à la fiction de façon très habile (voir des dragons à coté de Richelieu parait presque naturel, c’est dire) et c’est avec plaisir que l’on croise au détour des pages des figures emblématiques des romans de cape et d’épée: D’Artagnan, Athos, monsieur de Treville… et il y a même une explication fort intéressante au Masque de Fer.
Les personnages sont plaisants. Personnellement j’ai eu un très gros faible pour Saint Lucq (j’aime les hommes mystérieux… Mais j’avoue que je suis un peu restée sur ma faim, j’aurais apprécié d’en apprendre d’avantage sur lui) et Marciac le charmeur qui a maintes fois apporté une touche de comique non superflue.
Les deux premiers tomes sont juste formidables, je les ai dévorés en un rien de temps. De l’action, la découverte des personnages, la trame qui se met en place. Ici les Dragons sont abordés d’une façon très interessante: ce sont des descendants des grands Dragons tels qu’on les connait et ils ont subi la même décadence que l’on voit dans la plupart des grandes civilisations. Ils sont retors, ambitieux, cruels et sûrs de leur supériorité sur les Humains. On a aussi de nombreuses déclinaisons de créatures découlant des Dragons: dragonnets, Wyvernes, Dracks… Et le mélange est heureux.
Pour le troisième tome, je suis un peu plus mitigée:

Attention Spoiler (surlignez à l’aide de votre souris pour lire le texte)

Il y a une véritable hécatombe parmi les Lames. 
Avant même le début du tome, Amaldes se fait tuer. Certes. Au cours du tome, deux autres lames trouveront la mort. J’avoue que je suis une grande sensible, mais je n’aime pas quand des personnages que j’aime bien passent à trepas. 

Je n’ai pas non plus apprécié le traitement réservé à Agnès. Même si on pouvait déjà le subodorer dans les tomes précédents. 
Quand à la fin, je l’ai trouvée un peu trop rapide. Le « boss final » est vaincu presque trop facilement. Et j’aurais apprécié un épilogue un peu plus conséquant. Mais ça c’est parce que lorsque j’aime un livre, j’ai toujours un mal fou à me séparer des personnages et à me résoudre à le remettre dans mes rayonnages…

fin du spoiler

Bilan: 

Que dire d’autre à part que j’ai adoré? En même temps Pierre Pevel m’avait déjà émerveillée avec les « Enchantements D’Ambremer » et j’avoue que je n’ai pas été déçue de m’être lancée dans les aventures des Lames.
Incontestablement un très bon livre que je conseillerai sans problème.

Note globale: 17,5/20