Archives pour l'étiquette sorcier

[Lecture] Philtres & Potions: Anthologie Bit-lit [ouvrage collectif]

4e de Couverture:

Un recueil de textes des plus célèbres auteurs de bit-lit.
Les fans du genre vont se régaler !

Loups-garou, vampires et sorcières, autant de créatures surnaturelles qui peuplent les univers des neuf nouvelles de ce recueil rédigées de mains de maîtres : Patricia Briggs, Jim Butcher, Charlaine Harris découvrez ou retrouvez les personnages de séries à succès.

Informations Pratiques:

  • Volume: 512 pages
  • Editeur : Milady (18/03/2011)
  • Collection : Bit Lit
  • Version Papier

L’avis de la croqueuse de livres:

N’ayant pas beaucoup de temps pour lire en ce moment, je me permets de faire un peu de « recyclage » d’un livre que j’ai lu il y a déjà quelques temps.
Il ne s’agit pas d’un roman mais d’un recueil de nouvelles dans lequel on retrouve les auteurs suivants:
– Patricia BRIGGS: Loup Aveugle
– Jim BUTCHER: La dernière tournée
– Rachel CAINE: Cadavre Exquis
– Karen CHANCE: Les jeux sont faits
– PN ELROD: L’Oeil doré d’Hécate
– Charlaine HARRIS: Bacon
– Faith HUNTER: La Marque des morts
– Caitlin KITTREDGE: La Rouquine
– Jenna MACLAINE: Sombres Péchés

Ces nouvelles n’ont pas vraiment de points communs si ce n’est qu’il s’agit d’Urban Fantasy (je préfère ce terme à Bit Lit car je trouve ce dernier trop restrictif étant donné que nous n’avons pas ici que des vampires et qu’il ne s’agit pas de belles histoires romantiques). Par contre vous retrouverez des univers déjà connus comme avec Patricia Briggs et Jim Butcher dont les textes se déroulent respectivement dans les mondes déjà connus de Mercy Thompson et de Dresden. Ce qui est intéressant, c’est que ces nouvelles mettent en avant des personnages évoqués brièvement dans les séries respectives des auteurs qui mais qui sont tellement insignifiants dans ces dernières qu’on n’y a pas vraiment porté attention… à tort.
Ces nouvelles m’ont permis de m’immerger encore un peu d’avantage dans ces univers que j’appréciais déjà… Et voilà que je me mets à espérer que Patricia Briggs se lance dans un nouveau spin-off de Mercy Thompson pour nous conter l’histoire de Tom et Moira…
Et par ailleurs, j’ai pu découvrir des auteurs que je ne connaissais pas du tout, me donnant envie de me plonger dans leur monde un jour, comme ce fut le cas avec le texte de Caitlin Kittredge.
Le seul bémol que j’apposerais est que certaines de ces nouvelles se passent bien après les faits des ouvrages déjà parus en France, comme c’est le cas pour celle de Jim Butcher. Ainsi il y a des choses qui m’ont laissée sur ma faim car il me manque des pièces du puzzle.
Cependant je suppose que ça ne sera pas un problème pour quelqu’un qui n’a jamais lu les livres, ces nouvelles pouvant se lire sans connaitre les univers dont elles sont issues.

Bilan: 

Au final, je ne peux que conseiller ce livre qui permet de découvrir de nouvelles plumes ou  bien de plonger un peu plus dans des univers existants. D’autant plus que vous trouverez forcément certains textes qui répondent à vos attentes même si vous ne les apprécierez sans doute pas tous, tout comme moi. 🙂
Merci à Milady d’avoir pris l’initiative de les publier.

Note globale: 15,5/20

[Lecture] Waynest – t.1: Traquée [Jess HAINES]

 

 4e de Couverture:

Le job de détective de Shiarra Waynest est déjà dangereux d’ordinaire. Il le devient davantage quand elle doit accepter un contrat susceptible de renflouer ses caisses vides, s’il ne lui coûte pas la vie. Dans une ville où rôdent la magie et les non-morts et où vampires et loups-garous ne sont pas toujours ce qu’ils semblent être, Shiarra va devenir une arme secrète dans la bataille entre le bien et le mal, que cela lui plaise ou non.

Informations Pratiques:

  • Volume: 377 pages
  • Editeur : Milady (22/02/2013)
  • Collection : Bit-Lit
  • Version numérique

L’avis de la croqueuse de livres:

J’avais lu des avis assez mitigés sur cette série, aussi n’était-elle pas en tête de ma PAL. Cependant, j’avais envie de lire quelque chose de pas prise de tête… donc quoi de mieux que de la bit-lit classique?

L’histoire, qui se déroule à New York, met en scène Shiarra, une détective humaine, on ne peut plus normale, qui prend des affaires habituellement assez simples (surveillance, personnes disparues…) en se tenant le plus à l’écart possible des communautés surnaturelles qui ont fait leur coming-out quelques années auparavant.
Prise dans de sérieux ennuis financiers, elle se voit dans l’obligation d’accepter une affaire dont le mandataire est le Cercle, un ordre de Mages et qui va la conduire à se frotter au vampire en chef de la ville. Son enquête va aussi l’amener à être aux prises avec les White Hats, un groupuscule anti-surnat’, mais aussi les lycanthropes. Bref, un beau sac de nœuds en perspective.

Au niveau des personnages, j’ai apprécié de voir une héroïne humaine et sans défense, pour une fois, ça change. Mais j’avoue avoir un peu de mal à accrocher vraiment avec Shiarra, je la trouve fade, un peu trop lisse; comme son amie Sarah (c’est drôle comme les héroïnes ont souvent une copine richissime qui leur évite de se retrouver trop dans la dèche 🙂 ) ou Chaz. Les personnages de Royce et de Arnold me paraissent un peu plus intéressants. A voir dans les prochains tomes s’ils sont bien exploités ou pas.

En ce qui concerne l’intrigue, on retrouve ici des choses assez classiques: des vampires (vicieux et manipulateurs), des loups-garous (dominés par leurs instincts et shootés à la testostérone) et des mages (imbus d’eux-mêmes et dissimulateurs). Au milieu de ça, l’héroïne qui se fait sa petite équipe de surnat’ afin de s’en tirer vivante, si possible, dans la gueguerre qui oppose tout ce petit monde pour retrouver un artefact magique qui pourrait conduire le monde à sa perte.

Trois petites choses que j’ai quand même trouvées intéressantes:
– Le concept de l’artefact intelligent qui m’a un peu rappelé les shushu dans Wakfu. J’ai hâte de voir l’évolution de sa relation avec Shiarra.
– Les familiers des mages – je suis assez fan de celui de Veronica: sournois et pervers tout en conservant sa classe féline.
– Le traitement du racisme et de l’évolution de l’héroïne qui change peu à peu d’opinion sur les surnat’ en les fréquentant de plus près. Ceci dit pour le moment je trouve encore que les White Hats sont un peu des guignols…

Bilan: 

Une histoire assez sympa qui se lit bien, mais reste très classique.

Je lirai sans doute la suite, pour tromper l’attente entre deux séries qui m’exaltent d’avantage.

Note globale: 12,5/20

[Lecture] Fille d’Hécate t.1: La Voie de la Sorcière [Cecile GUILLOT]

4e de Couverture:

Je croyais n’être qu’une étudiante ordinaire et sans doute trop renfermée. Et puis, il a eu cette expérience étrange, la découverte de mon don… Maintenant je dois apprendre à m’accomplir en tant que sorcière, développer mes pouvoirs et trouver ma place en ce monde. Tout aurait-été parfait s’il n’y avait pas eu ces cauchemars et ces malaises. Quelqu’un cherche à me nuire ! Mais qui pourrait bien me harceler ainsi ? Et, pour ne rien arranger, j’ai aussi un mémoire à écrire pour valider ma dernière année de psycho. Ma vie n’est vraiment plus de tout repos ! Maëlys nous ouvre les portes d’un univers étrange et déroutant, celui de la Wicca. La quête spirituelle qui est sienne va l’exposer à des menaces insoupçonnées. Surtout que le destin pourrait bien placer sur son chemin, les clés qui l’aideront à résoudre les mystères d’une existence parsemée d’ombres… Car, une sorcière peut-elle s’épanouir coupée de ses racines, ignorante d’un passé dont pourrait dépendre l’avenir ?

Informations Pratiques:

  • Volume: 144 pages
  • Editeur : Les Editions Du Chat Noir (01/07/2012)
  • Collection : Griffe Sombre
  • Version Electronique

L’avis de la croqueuse de livres:

J’ai commencé ce livre sans avoir regardé le nombre de pages… aussi ai-je été stupéfaite de l’avoir englouti en un rien de temps. Ceci dit, cela n’est pas uniquement dû au nombre de pages car malgré un rythme assez lent dans le récit – en comparaison à des romans fantastiques ou d’urban fantasy plus « classiques » j’entends – force est de constater que le style fluide de l’auteure faire couler l’histoire comme une bonne tasse de thé qui réchauffe dans la froidure hivernale (et vu le temps que je vois par ma fenêtre, ce n’est pas du luxe…). On est donc ici assez loin des clichés de ce que je lis habituellement: pas de vampires, pas de lycanthropes, pas d’effets spéciaux débridés. La magie est présente, mais toute en nuances… beaucoup plus réelle en somme.

Autre gros plus de ce récit: l’auteure s’est visiblement beaucoup documentée sur le néo-paganisme et la Wicca. Pour être bien au fait moi-même de toutes ces choses, je peux l’affirmer sans ciller: les références citées sont solides (Gardner, Cunningham, Doreen Valiente) et les éléments de phytothérapie, lithothérapie ou techniques de méditation le sont tout autant. Aussi, je conseillerai cet ouvrage aux personnes qui souhaitent en apprendre d’avantage sur ces sujets mais trouvent les ouvrages des pontes en la matière un peu rébarbatifs. Il n’est bien sûr pas exhaustif, mais je pense que cela fait une bonne base pour découvrir cet univers, surtout que c’est ici intégré à une histoire agréable.

Le seul bémol que je mettrai concerne Maëlys: elle se prétend terre à terre et sceptique de nature, pourtant elle accepte avec un enthousiasme peut-être trop marqué ce nouveau monde qui s’ouvre à elle et ce qu’il implique. Ce type de croyance se mûrit sur des années, c’est un véritable cheminement spirituel qui demande de longues heures d’étude et de travail sur soi. Aussi, le fait que l’héroïne l’accepte immédiatement et en maîtrise les bases en seulement quelques semaines me semble un peu surréaliste. J’aurais trouvé plus pertinent d’étaler son apprentissage sur plusieurs mois.
Je suis également un peu réservée quand à l’attitude du personnage principal vis à vis d’un autre protagoniste qu’elle poursuit de façon un peu trop assidue à mon sens.

Cependant cela reste une lecture agréable qui pose les bases d’une intrigue qui promet d’être intéressante si elle est bien exploitée, notamment pour tout ce qui concerne les origines de Maëlys.

Bilan: 

 J’avoue attendre avec curiosité et impatience le tome 2 de cet ouvrage qui va sortir prochainement et j’espère que l’intrigue tiendra ses promesses.

Note globale: 16,5/20

Et comme j’ai eu un gros coup de coeur pour l’illustration de couverture, oeuvre d’une artiste appelée Anna Marine, je me permets de la noter aussi avec un beau 19/20 

[Lecture] Maeve Regan – Tomes 1&2 [Marika GALLMAN]

meavereagan1&2

Tome 1: Rage de Dents

4e de Couverture:

Avant, ma vie était simple : l’université si j’en avais envie, les hommes quand j’en avais envie. Et je n’avais aucun problème qu’un barman ne puisse m’aider à résoudre.
Mais là, depuis un moment, rien ne va plus.
Le type sexy qui me draguait a rendu son déjeuner quand on a voulu concrétiser.
J’ai cassé le nez du copain de ma meilleure amie, et elle ne l’a pas très bien pris. Lui non plus, d’ailleurs.
Ensuite, je me suis mise à faire des cauchemars.
Et tout ça, c’était avant qu’une bande de vampires décide de redécorer mon appart et qu’un colosse me kidnappe.
Quand je vous dis que ce n’est pas ma semaine…

Informations Pratiques:

  • Volume: 416 pages
  • Editeur : Milady (28/05/2012)
  • Collection : Bit-Lit
  • Version Electronique

Tome 2: Dent pour dent

4e de Couverture:

Avant, ma vie était facile. Mais ça, c’était avant.
J’ai fui tous ceux que j’aimais pour les protéger et, depuis, j’ai l’impression de tourner en rond. Pour retrouver une vie normale, il va falloir que je mette la main sur mon père et sur mon frère, ces vampires psychopathes qui cherchent à me faire la peau. Jusque-là, j’ai fait chou blanc, ce n’est pourtant pas faute d’avoir essayé.
Bien sûr, les pouvoirs exceptionnels que je possède devraient m’être utiles pour mener à bien ma mission. Il y a juste un tout petit problème : je ne sais toujours pas m’en servir. Heureusement, je vais trouver de l’aide là où je n’en attendais pas. Si seulement les emmerdes pouvaient se tenir à distance, cette fois…

Informations Pratiques:

  • Volume: 480 pages
  • Editeur : Milady (28/09/2012)
  • Collection : Bit-Lit
  • Version Papier (pour la dédicace :p)

L’avis de la croqueuse de livres:

Je me permets de faire un sujet pour les deux premiers tomes de la série pour 2 raisons:
– J’ai lu le tome 1 un certain temps avant la création de ce blog et je n’ai pas eu l’occasion de faire un topo dessus.
– Le tome 3 sort à la fin du mois, c’est donc un sujet d’actualité. 😉

Si je me suis lancée dans la lecture de cette série au départ, c’était surtout par curiosité: un roman de bit-lit écrit par une francophone et qui était déjà encensé. Je n’en ai été que plus exigeante.

L’une des premières choses qui m’ont frappées dans ce récit, c’est la grossièreté de Maeve…   j’avoue que si au début j’ai trouvé ça drôle, au bout de quelques dizaines de pages, j’avais juste envie de lui botter le train pour lui apprendre la politesse. Et pas que… Force est de constater que Maeve est très loin de la jeune fille de bonne famille – contrairement à son « ennemie », Mademoiselle Parfaite: elle est vulgaire, égocentrique, c’est une fille facile et une vraie teigne… sans oublier son fâcheux penchant pour la bouteille… Pour résumer: une véritable tête à claques.
Et elle est entourée de personnages tout aussi irritants: entre Elliot et Brianne, ses deux meilleurs amis, j’aurais peine à dire lequel j’ai trouvé le plus exaspérant.
Tout ceci ne signifie pas que je n’ai pas apprécié, au contraire, car je ne doute pas que rendre ses personnages aussi irritants était une volonté de l’auteure. Et cela est cohérent avec le récit, donc on prend sur soi et on supporte cette bande d’horripilants protagonistes pour avancer dans l’histoire qui elle est plutôt passionnante.

/!\ Attention, à partir de là, risque de Spoil jusqu’à la rubrique « Bilan »   /!\

 Donc si vous ne souhaitez pas en savoir plus, passez votre chemin. 😉 

Déjà, ici nous n’avons que deux sortes de créatures magiques: les vampires bien sûr, mais aussi les Sirhs, des sorciers. J’ai une passion pour la magie et je trouve trop rares les bonnes histoires qui reprennent cette thématique et savent la mettre en valeur.
Ici, on est servi puisqu’on apprend assez rapidement dans le tome 1 que Maeve est une hybride vampire/sorcier. Sacré mix… Ce qui la rend à la fois dangereuse et convoitée.
Dans le premier tome, on apprend aussi que son père est le méchant vampire super-puissant à abattre et qu’elle a un frère jumeau qui n’est pas beaucoup mieux…
Dans le premier opus, aux personnages que j’ai cités plus haut s’en ajoutent quelques uns plus intéressants à mon sens:
– Walter le grand-père de Maeve, Sirh et mystérieux
– Lukas, le suceur de sang qui va former Maeve à l’utilisation de ses dons vampiriques.
– Lalawethika, le géant vampire taciturne, qui je n’en doute pas, doit avoir une histoire passionnante, chose confirmée dans le tome 2 même si on n’en connait pas encore toutes les nuances.
Autre originalité: à aucun moment on ne sait où se déroule l’histoire. Aucun nom de ville, de rue, de pays… et finalement, L’auteure vivant dans les verdoyantes contrées suisses, ce n’est pas plus mal, j’imagine que comme moi, elle aurait toutes les difficultés du monde à décrire les rues d’une grande mégalopole. Donc il est franchement malin de procéder ainsi.

Dans le tome 2, on retrouve Maeve plusieurs mois après la fin du premier tome. Les personnages ont évolué, notamment Elliot, qui à mon sens devient encore plus pénible. J’ai juste envie de le secouer et de lui crier « Soit un homme bon dieu! ». Ou encore Walter qui devient franchement antipathique.
Et de nouveaux personnages, uniquement des hommes (Maeve baigne dans la testostérone, pas étonnant qu’elle soit aussi à cran… ^^°), dont certains hauts en couleurs. Mes préférés étant Barney et le duo Cormack/Rosita (elle me ferait presque apprécier les reptiles la bougresse…. presque, faut pas pousser non plus…).
L’histoire quand à elle s’étoffe. Devient plus complexe. On en apprend d’avantage sur les Sirhs (ce qui me manquait dans le tome 1) mais aussi sur Victor, dont on fait la connaissance dans des conditions qui font froid dans le dos (Merci à Marika Gallman d’avoir troublé mon sommeil avec cette scène… X_x).

Par contre, j’ai apprécié l’évolution de Maeve. Son obsession pour Lukas m’a laissé un peu pantoise par moments. Mais au niveau de son caractère, je l’ai nettement préférée au tome 1. On sent qu’elle a mûri et elle jure beaucoup moins (mes yeux en sont reconnaissants). On la voit aussi plus vulnérable, plus… humaine. Paradoxalement. Bon ceci dit, elle est toujours aussi tête brûlée et parle encore d’avantage avec les poings… mais finalement c’est aussi ce que j’aime: une héroïne forte et fragile à la fois, fêlée et prête à céder sous le poids de ce qu’elle doit porter sur ses frêles épaules… d’ailleurs à la fin du tome 2 le barrage lâche et cela laisse présager un tome 3 palpitant…

Bilan: 

Bon, j’ai clairement terminé le tome 2 frustrée et avec une certaine envie de flageller l’auteure à coup de bambou pour lui soutirer où fichtre elle veut en venir.
Le 3e opus sortant dans 30 jours (plus tôt si vous faites un tour aux Imaginales), il est évident que je vais lire la suite…

Au passage, si vous avez déjà lu les deux premiers tomes et que vous rêvez d’en savoir plus avant la sortie du 3e, l’auteure nous livrera un extrait par jour sur sa page Facebook. 😉

Notes personnelles sur le tome 2 (qui ne servent à rien mais je m’en moque parce que c’est trop bon… :p): 

L’auteure et moi avons le même âge… et inévitablement les mêmes références (pourries?),  je me suis donc bidonnée toute seule durant tout le tome 2 devant des clins d’œil faits à des films/livres/chansons de ma jeunesse…
Voici celles que j’ai relevé, j’en ai certainement manqué (et comme je suis cruche, je ne les ai pas toutes notées au fur et à mesure…), n’hésitez pas à me les soumettre dans les commentaires. 🙂

-Highlanders (la série)
– Willow
– H2G2
– Star Wars
– Beverly Hills
– SDA
– Terminator
– Je soupçonne aussi une référence à la pub d’un opticien pour le 4e de couverture… mais là c’est peut-être capillotracté…

Autre chose: j’aimerais savoir ce que Marika Gallman a fumé/bu/mangé avant de décrire le Paradis Perdu… je veux la même chose avant de passer mes exam! =)

Note globale: 16,5/20

[Lecture] Les voies d’Anubis [Tim POWERS]

Note préalable: J’avais récupéré ce livre en occasion il y a déjà un certain temps et je l’avais mis dans un coin avec le projet de le lire un de ces quatre. Le fait qu’il soit réédité le 26 avril par les Editions Bragelonne dans le cadre de son « Mois du Cuivre » m’a donné envie de le sortir de ma PAL et de m’y attaquer sérieusement.
 

 4e de Couverture:

Lorsque vous êtes écrivain spécialiste de Samuel Coleridge et que l’on vous propose d’assister à une de ses conférences, résisterez-vous bien longtemps ? Et le fait que l’on soit en 1983, près d’un siècle après la mort du poète ne semble pas être un obstacle insurmontable. En effet, un savant anglais a découvert que le temps est un long fleuve sur lequel existent des brèches qu’on peut emprunter, passant de l’une à l’autre quasi instantanément. Brendan Doyle, jeune auteur américain, se retrouve en 1805 dans une Londres victorienne, flamboyante et décadente. Mais alors que son expédition devait passer inaperçue, il est enlevé par un étrange magicien aidé d’une bande de bohémiens. Il se retrouve alors plongé dans un complot à travers les âges qui vise à détruire l’Angleterre et à rétablir la puissance de l’ancienne Égypte.

Informations Pratiques:

  • Volume: 415 pages
  • Editeur : J’ai Lu (01/07/2003)
  • Collection : Science Fiction
  • Version Papier

L’avis de la croqueuse de livres:

Il m’a fallu presque 200 pages (soit la moitié du livre) pour arriver à rentrer dans l’histoire:    Peut-être est-ce dû au fait qu’il ait été écrit en 1983 et que les codes d’écriture de l’époque étaient assez différents de ce que l’on trouve aujourd’hui ou tout simplement n’ai-je plus l’habitude de lire des ouvrages mettant en scène un narrateur omniscient?
Toujours est-il que cela ne remet pas en cause la qualité de l’oeuvre, mais j’ai vraiment eu beaucoup de mal à me plonger pleinement dans l’intrigue, donc au lieu des trois jours habituels pour avaler un ouvrage de 400 pages, j’en ai mis presque quinze.

Une fois passée la barrière de l’écriture, on se rend vite compte que l’histoire est complexe… très complexe. L’auteur nous livre une intrigue où même le détail le plus insignifiant peut avoir une importance capitale dans les pages qui suivront. Pour résumer la chose: il m’a retourné le cerveau. Et j’avoue que j’ai aimé ça (mon petit coté maso sans doute 😉 )
Toujours est-il que si j’ai tout de même réussi à deviner une partie des enchaînements,  beaucoup d’autres me sont restés complètement opaques. Il est plutôt agréable de lire une histoire qui ne soit pas linéaire et qui recèle un certain nombre de surprises. Au début de l’ouvrage, j’avais une flopée de questions qui m’empêchaient de comprendre où l’auteur voulait en venir. A la fin, elles avaient presque toutes trouvé une réponse.
Presque toutes car j’avoue que j’aurais aimé d’avantage de détails sur la magie égyptienne, ses règles et le rôle des dieux dans tout cela. Car au final, cette partie reste assez obscure. Mais bon, je chipote.

Une chose que j’ai particulièrement appréciée: le traitement de la question du voyage temporel et de ses conséquences.
Non pas que je sois une adepte convaincue de la théorie du chaos, mais j’ai toujours un peu peur lorsque je commence un livre/film/série qui traite de cette question car les choses me paraissent souvent incohérentes, si bien qu’au final, je suis frustrée et je grogne contre l’auteur/scénariste qui n’a pas su rendre son histoire rationnelle.
Ici je n’ai eu aucune raison de me plaindre. Tout était bien ficelé, logique, indiscutable.

En ce qui concerne les personnages, j’ai eu à maintes reprises envie de mettre une bonne gifle à Doyle, mais au fil de l’histoire il évolue incontestablement pour devenir nettement moins pleurnichard et irritant. Les personnages de Jacky et Joe Face de Chien m’ont aussi paru fort bien travaillés. En fait, les personnages sont tous tellement complexes que je suis même un peu désappointée de ne pas avoir pu en apprendre d’avantage sur certains d’entre eux.

Bilan: 

Au final, un très bon livre doté d’une intrigue complexe et bien menée. Seul bémol: il est considéré comme l’un des romans fondateurs du Steampunk, or mis à part le fait que l’intrigue se déroule au XIXe siècle,  je n’ai pas retrouvé les codes connus de ce style dans l’ouvrage. Les gens s’attendant à des aéronefs sillonnant les cieux ou autres machines improbables risquent d’être déçus.
Cependant j’en recommande tout de même la lecture, et pour ma part, je pense prochainement m’atteler à la lecture de « Sur des mers plus ignorées » du même auteur. Si l’intrigue est aussi bien menée, cela me garantit le frisson de l’aventure.

Je ne résiste pas à l’envie de vous mettre une image de la superbe couverture concoctée par les éditions Bragelonne:

Note globale: 14/20